Bonsoir, 

Voilà, comme prévu, nous sommes dimanche soir et l’atelier prend fin. Les commentaires ont été clos sur l’ensemble des textes, mais vous gardez bien entendu la possibilité de les consulter. 

Merci à tous pour votre participation à ce riche atelier! J’ai pris un grand plaisir à tous vous lire, et à échanger avec vous.

Pour ceux qui le souhaitent, le prochain atelier commencera le 6 mars, et les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes. 

Bonne fin de soirée et bonne continuation à vous tous!

 

Gaëlle

***

Il y aura toujours un couple frémissant

Pour qui ce matin-là sera l’aube première


Il y aura toujours l’eau le vent la lumière


Rien ne passe après tout si ce n’est le passant




 

En février, il fait froid, et quand il fait froid, j’ai besoin des poètes pour me tenir chaud. Je vous propose donc ces quelques vers d’Aragon comme préambule à la proposition d’écriture de ce mois-ci.

Et puisque le grand Louis prétend qu’au fond « rien ne passe », je vous propose de mettre en scène un personnage confronté à la résurgence, dans sa vie, de quelque chose ou quelqu’un qu’il pensait justement « passé », et qui ne l’était finalement pas. Est-ce un trait de caractère enfoui, un objet embarrassant, est-ce au contraire un amour de jeunesse retrouvé avec bonheur… ? A vous de voir. Cette résurgence peut tout aussi bien être positive, que négative, pour votre personnage. C’est vous qui le déciderez. A vous aussi de décider à quelle occasion cette résurgence se fera, et ce qui la déclenchera.

Et comme février est aussi le mois le plus court de l’année, je vous propose en plus un petit « défi » concernant la forme de votre texte. Essayez de privilégier des phrases courtes (comme le mois de février, donc). Trouvez votre rythme et conservez la dynamique de votre texte, sans vous laisser emporter dans de longues phrases descriptives. A vous de voir l’idée que vous vous faites d’une phrase « courte », personne n’ira compter les mots… ! Disons simplement que Marcel Proust n’est pas convié à cet atelier.

Bonne écriture à tous !