Ateliers d’écriture créative, de fictions, animés par Francis Mizio

Texte d’Ariane – octobre 2015

Je m’amuse à faire glisser ma souris sur les différentes options, comme pour m’aider à me projeter et à me décider. Dix-huit ans pour réfléchir à mon avenir, dix-huit ans pour choisir. Ici, pas de reconversion possible, ma décision sera irrémédiable et j’ai jusqu’à minuit pour la prendre. Mes bougies d’anniversaire ce soir avaient une étrange odeur. Une odeur de suspens, un goût d’inachevé. Minuit.

Un spam s’ouvre : « Soyez Liseur : l’armée recrute ! ». Lire dans les pensées d’autrui. Hors de question ! Seuls les autistes et les ermites optent pour cette option. Si tu n’es pas fou à la base, tu le deviens, tout le monde le sait. Pas étonnant que l’armée recrute des Liseurs, toutes les boîtes le font.

C’est comme les Omniscients. Ça emmerde tout le monde, l’omniscience. Aucune envie de me condamner à une vie de reclus !

La Télétransportation, ça fait quand même carrément plus rêver. Avec ce don-là, y’a moyen de s’éclater. Mais la suppression des frais de déplacement a peu d’impacts sur les employeurs : le chômage y est légion. La faute à leur réputation de glandeurs, d’égoïstes. Comme dans le dessin de l’Association de Promotion des Dons Utiles à la Société : « Vous êtes inutiles ? Soyez-le partout dans le monde ! ». Je réentends le discours rabâché par mes parents : « Sois raisonnable, Théophile, il n’y a aucun débouché ! ». Au moins, si je deviens SDF, je ne risque pas de me transformer en bonhomme de neige : j’irai dormir au chaud, dans l’hémisphère Sud.

C’est sûr que, côté raisonnable, avec deux parents Ubiquitaires, on ne fait pas mieux. L’ubiquité est pratique, efficace, recherchée. Mais ils ne sont pas payés double pour autant… et bonjour la frustration !

Je ne veux pas être raisonnable. Je ne veux pas devenir fou. Je ne veux pas être inutile à la société. Je ne veux pas être seul. Je veux vivre. Je veux vibrer, m’épanouir, être heureux. Minuit.

Le pire aux yeux de l’APDUS, c’est quand même la Jeunesse Eternelle. Ils n’y vont pas de main morte avec eux : « Restez jeune… moche et idiot ! »

Ils sont plus conciliants avec les Sabliers, contrairement à mes parents qui disent que ce sont les prostitués des temps modernes. Remonter le temps une fois par an peut être sacrément utile. Ils vendent leurs services des petites fortunes, à des professionnels ou à des particuliers. Ça a d’ailleurs coûté à un milliardaire infidèle toute sa richesse !

Depuis des années, chaque personne que je rencontre essaye d’argumenter en faveur de son Don. Sûrement pour se convaincre qu’elle a pris la meilleure décision, des années plus tôt. Seuls les Immmortels tiennent un discours différent : eux clament le regretter. Question de sagesse, peut-être. Ou de dépression. Mais aujourd’hui, mon entourage me laisse réfléchir en paix. J’entends mes parents murmurer dans la pièce d’à côté, la tension est palpable. Minuit.

Il y a aussi la Métamorphose. C’est sympa de se transformer en animal voire en inanimé mais c’est dangereux. Même en terre Bouddhique, les accidents sont fréquents. Je souris en repensant à cet idiot transformé en châtaigne sur un marché de Noël qui a fait la une des Darwin Awards.

Reste les Naturo-Télépathes. Un don pour les amoureux de la nature, de la faune et de la flore. Tous ceux que j’ai croisés étaient des rêveurs, des poètes. Des êtres originaux, décalés.

Minuit.

Impossible de prendre une décision. C’est plus fort que moi, ma souris ne m’obéit plus. Je vais finir par rejoindre le clan des Conservateurs, ces réac’ qui refusent tout Don, sous prétexte que « c’était mieux avant ». Pour ça, rien de plus simple : attendre 0h01. Renoncer par absence de choix, fermer les yeux. Mais ce serait hypocrite de dire que c’est une décision.

Soudain, je sais : je vais laisser le Destin choisir pour moi. Le Hasard ne pourra qu’être magique. Je suis soulagé et fier de moi. Quelle que soit la décision, ce sera forcément la bonne. J’assumerai. Je me sens fort, courageux.

Je clique sur la première case puis je ferme les yeux. J’appuie sur les flèches de mon clavier, j’entends le cliquetis de mon ordinateur, m’indiquant que le curseur saute d’une option à l’autre. Je compte 60 secondes et enfonce la touche « Entrée ».

Je rouvre les yeux.

« Votre décision a bien été prise en compte. Votre don sera activé demain à minuit ».

Par Ariane

3 Comments

  1. Gaëlle Pingault

    Ariane a choisi pour sa part de nous faire glisser totalement dans le fantastique, avec un texte mettant en scène un genre de rite de passage dans un monde inventé, où l’on aurait le droit de choisir un super-pouvoir à l’âge de 18 ans. Le catalogue des pouvoirs disponibles est assez délicieux, avec une brève présentation des pour et des contre. La chute, qui acte le fait qu’un pouvoir a été sélectionné, sans dire lequel, est assez savoureuse, et à mon sens, bien meilleure qu’un réel choix énoncé (même si elle est un peu cruelle pour le lecteur, gasp !). De même, on perçoit bien le flottement de ce jeune homme, et l’argumentation sur le pourquoi de ses hésitations permet de glisser quelques traits de caractères et de nous le faire mieux connaître. (un peu raisonnable, mais pas trop, un peu rêveur, libre dans l’âme, etc…).

    En l’état, et compte-tenu de la contrainte de longueur imposée lors de cet atelier, ce texte me semble assez équilibré. En revanche, c’est un texte à l’univers assez riche qui pourrait tout à fait être développé sous forme un peu plus longue. En particulier, Ce Théophile a l’air malgré tout assez imaginatif. Il serait possible, et sans doute assez amusant/riche, d’imaginer des petites scénettes où il se projette, lui, dans chacun des pouvoirs possibles (avec des situations cocasses, tragiques, plan-plan… Selon les cas). Ce pourrait alors devenir une vraie nouvelle fantastique très sympa, avec un ton possiblement mi-humoristique mi-sérieux.

  2. pink lady

    Je me suis beaucoup amusée à la lecture de ce texte ! Et c’est vrai qu’il donne envie de connaître la suite de l’histoire.

  3. Ariane

    Merci pour vos retours! A réfléchir pour une suite alors ;-)!

© 2020 Écrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑