Ateliers d’écriture créative, de fictions, animés par Francis Mizio

Texte de Ann

« Putain, fait chier, merde ! ». Se faire passer un savon par la chef alors que toute son équipe était sur le feu depuis une semaine ! Ok, l’enquête piétinait , s’embourbait même, prenait un tournant foireux. Et ce temps ! Comme si la pluie incessante depuis mardi essayait de leur faire rentrer dans la tête un quelconque indice égaré, de force, encore. La situation était à l’image de cette disparition : pétrifiée, brumeuse, glaçante.  La Mini verte avait été retrouvée à des kilomètres d’ici, intacte mais trempée, toutes portes ouvertes, feux en position allumée, batterie à plat, bas de caisse boueux, enfoncée dans un chemin forestier. Rien que ça…ça fleurait pas bon, comme aurait dit son aïeule.  Non, tout ça vous embaumait les narines d’une drôle de petite odeur tenace, un peu rance. Les averses successives avaient effacé depuis longtemps toute trace alentour. Cette partie de la forêt était à moitié abandonnée et revenue à l’état sauvage depuis longtemps, bois putréfié, lierre envahissant, couche de feuilles grouillante d’insectes au sol. Tout ce qu’il aimait !  La battue dans les bois n’avait rien donné, les chiens ne sentaient rien ou sentaient trop, avec cette putain de tempête déchaînée. Pas moyen. Même les éléments étaient contre eux ! Mais que foutait-elle là, la bagnole ? Elle devait apporter quelques trucs à bouffer à sa grand-mère patraque à des lieues d’ici avait dit sa mère. La vieille habitait la première maison du lieu dit de Moulin Vieux qui dépendait de la ville, à l’orée de la forêt : on l’avait trouvée vide, des cendres dans la cheminée, lit  ouvert et draps mis à mal. Les sacs à provisions posés dans la cuisine, l’imper rouge de la fille posé sur une chaise. Pas de grand-mère non plus. Étaient-elles reparties ensuite ? Sans l’imper ? Peu probable, ou pas de leur plein gré. Les autres avaient fini par embarquer la caisse pour la désosser, la fouiller sous toutes les coutures. Ils avaient envahi la baraque aussi, minutieusement cherché. Il leur faisait confiance pour ça. Et puis Jacques l’avait appelé, avait gueulé de s’être fait poussé au cul, tout était urgent pour tout le monde… puis lui avait sorti le truc: la pluie avait délavé la vieille Austin. A part quelques mots écrits sur une feuille arrachée, dans la boîte à gant, peu probable qu’on y trouve quoi que ce soit de valable, quelques empreintes, à voir ; pour la maison, confirmation pour la serrure intacte de la porte, ils cherchaient sur les draps…Tout un poème. Et aussi, ces petits bouts de papier déchirés, comme mâchouillés, éparpillés aux quatre coins de la maison. Ça avait demandé quelques efforts pour reconstituer le tout  mais ils avaient réussi:

« Et ce n’est pas chose étrange,

S’il en est tant qu’Il mange.

Ne sont pas de la même sorte :

sans fiel et

privés, complaisants

Suivent les jeunes dem

Jusque dans les maiso»

Il manquait un bout . C’était quoi c’te merde ! Un connard en mal d’inspiration ? Jacques lui avait envoyé le texte en même temps qu’il lisait. « Tape-le dans google, tu vas te marrer », avait-il dit. Hein ? ça foutait les poils, c’est con. Il avait rameuté un bout de l’équipe. Quelques coups de fils plus tard, quelques heures d’attente en plus. Silence lourdingue après le debrief. Ils l’avaient regardé partir à l’abattoir vers son bureau, le pied traînant, le dos un peu plus voûté, éprouvant tous un soulagement coupable d’être à leur place. Un goût métallique dans la bouche, il était allé frappé chez la patronne lui donner les trouvailles de Jacques, lui dire qu’ils s’étaient démenés à interroger les services archive des grande villes du Comté sur les disparitions non-élucidées de jeunes filles ces dernières années. Les données arrivaient les unes après les autres. Une, deux, trois, neuf… Pour chaque affaire, quelques mots du texte reconstitué à Moulin Vieux. Nom de… Nom de… Il avait juste remplacé un mot. Et cette fois, le texte quasi en entier ici. Il voulait qu’on le trouve, mais pas trop vite, ça s’étalait sur plusieurs années. Il faisait durer. Et puis, ça s’accélérait brutalement. Fallait que ça tombe sur eux ! Mais concrètement, on avait quoi ? Des indices, une piste, un suspect ? Personne n’avait rien vu, on interrogeait les proches, les voisins. La chef avait hurlé : « vous me voyez dire au Préfet qui on cherche inspecteur ? » Et elle l’avait fichu dehors à coups de menaces pas reluisantes pour sa carrière « si on ne lui apportait pas fissa des avancées plus digestes à se mettre sous la dent ! » Très drôle !

Par Ann

11 Comments

  1. Gaëlle Pingault

    Voilà un texte un peu surréaliste, qui revisite « le petit chaperon rouge », et où un policier se voit obligé d’aller dire à son chef qu’ils recherchent le Loup… J’adore ! C’est une belle idée, Ann, de partir d’un conte, et puis de le « déformer » dans un texte moderne, où à la fois on le reconnait rapidement (l’imper rouge, la grand-mère), et à la fois, on ne comprend pas exactement où on est emmené. Je trouve que tu as plutôt bien dosé le fait d’en dire suffisamment pour qu’on identifie ta « base », et en même temps, de nous balader totalement (parce que finalement, pas de dénouement, et pas d’incarnation du Loup sous les traits d’un sérial killer quelconque… Tu laisses les choses en suspens autour de ce loup, il pourrait presque être vrai, on ne sait pas, et ça crée une ambiance un peu fantastique/onirique tout à fait adaptée à ton sujet. La petite pirouette finale autour du mot « digeste » est assez savoureuse (moi aussi je fais des pirouettes), et le ton plutôt enlevé convient bien à l’enquête improbable où tout s’agite de partout. Bref : ça fonctionne bien !

    Il me semble que le reproche que l’on pourrait faire à ton texte, Ann, c’est qu’en fait, ce n’est pas vraiment un texte fait pour ce format là. Tu as trouvé une pirouette pour le conclure d’une manière sympa, mais vu la façon dont tu l’installes, il est en fait probablement destiné à se dérouler sur une narration plus longue, avec possibles rebondissements et dénouement. Du coup, comme ton idée est assez chouette, on reste un peu sur notre faim malgré tout (diantre, encore un vocabulaire de grand méchant loup, « rester sur notre faim »… C’est fou, il y en a partout dans la langue, en fait !). Et il y a des choses que tu survoles un peu trop rapidement parce que tu n’as pas réellement la place de les installer (par exemple, le coup des recherches de meurtres non-élucidés). Peut-être as-tu voulu « trop » en mettre dans ce texte pour un format court. Ça pourrait mériter que tu réfléchisses si tu souhaites garder le format court, et à ce moment-là tu « tries » un peu ton intrigue, ou alors… Et bien tu nous racontes la suite en commentaires, quoi (chic !) 😉

  2. Patchwork

    Bonsoir Ann et merci pour ton texte … Chouette idée le petit chaperon rouge… J’ai apprécié parce qu’on la découvre peu à peu …On se dit ;  » Tiens, c’est rigolo , ce ne serait pas… Mais ou… ah oui !!!  » Finesse… Mais c’est vrai , oui, on se perd aussi un peu… dans les bois et les couloirs et bureaux du commissariat… Je suis sûre que suite aux conseils de Gaëlle, tu vas élaguer et donner un coup de balai et ce sera extra !

  3. Ann

    Effectivement, j’ai presque imaginé les premières pages d’un polar…Bon alors version 2, suite à vos conseils: « Putain, fait chier, merde ! ». Se faire passer un savon par la chef alors que toute son équipe était sur le feu depuis une semaine ! Ok, l’enquête piétinait , s’embourbait même, prenait un tournant foireux. Et ce temps ! Comme si la pluie incessante depuis mardi essayait de leur faire rentrer dans la tête un quelconque indice pourtant évident, de force, encore. La situation était à l’image de cette disparition : embrumée.
    Une Mini verte avait été retrouvée par un chasseur, toutes portes ouvertes, feux en position allumée, batterie à plat, enfoncée dans un chemin forestier. Rien que ça…ça fleurait pas bon, comme aurait dit son aïeule. Non, tout ça vous embaumait les narines d’une drôle de petite odeur tenace, un peu rance. Les averses successives avaient effacé toute trace alentour, évidemment. Cette partie de la forêt rendue à l’état sauvage depuis des lustres puait littéralement la mort : bois putréfié, lierre envahissant, couche de feuilles grouillantes d’insectes au sol. Tout ce qu’il aimait, lui le citadin muté dans ce trou perdu. La battue n’avait rien donné, les chiens ne sentaient rien ou sentaient trop, avec cette putain de tempête déchaînée. Même les éléments étaient contre eux ! Mais que foutait-elle là, la bagnole ?
    Elle devait apporter quelques trucs à bouffer à sa grand-mère patraque avait dit sa mère. La vieille habitait la première maison du lieu dit, à l’orée de la forêt. Ils avaient foncé : vide ! Des cendres dans la cheminée, lit ouvert et draps mis à mal. Sacs à provisions posés dans la cuisine, imper rouge de la fille posé sur une chaise. Elles seraient reparties? Sans l’imper ? Bof, ou pas de leur plein gré. Les autres avaient fini par embarquer la caisse pour la désosser. Ils avaient envahi les lieux, minutieusement cherché, sans se presser, avec tout leur attirail.
    Attendre.
    Incapable de rentrer prendre une douche, se raser, se changer. Il était hirsute, il sentait pas la rose, fringues froissées, les yeux injectés de sang par manque de sommeil.
    Et puis Jacques l’avait appelé, avait gueulé de s’être fait poussé au cul, tout était urgent pour tout le monde…
    Délivrance.
    Et puis il lui avait sorti le truc: la pluie avait délavé la vieille Austin, peu probable qu’on y trouve quoi que ce soit de valable, quelques empreintes de la fille, c’est tout; pour la maison, confirmation pour la serrure intacte, empreintes de la fille et de la grand-mère, ils cherchaient sur les draps…Tout un poème. Et aussi, ces petits bouts de papier, comme mâchouillés, éparpillés aux quatre coins de la maison. Ça avait demandé quelques efforts pour reconstituer le tout :
    « Et ce n’est pas chose étrange,
    S’il en est tant qu’Il mange.
    Ne sont pas de la même sorte :
    sans fiel et
    privés, complaisants
    Suivent les jeunes dem
    Jusque dans les maiso»
    C’était quoi c’te merde ! Un connard en mal d’inspiration ? Jacques lui avait envoyé le texte en même temps qu’il le lui lisait. « Tape-le dans google, tu vas te marrer », avait-il dit. Hein ?
    Consternation.
    Ça foutait les poils, c’est con.
    Action.
    Il avait rameuté l’équipe. Pas mal de coups de fils, lectures, recoupements et cogitations plus tard : silence lourdingue après le debrief. Traverser la salle sous leurs regards paumés, partir à l’abattoir vers son bureau, pieds traînants, dos voûté. Le goût métallique à nouveau dans la bouche, il était allé frappé chez la patronne, rendre compte des trouvailles de la Scientifique, et des leurs. Le fax crépitait sans interruption depuis cet après-midi, empilant encore des cas de disparition de jeunes filles. Une, deux, trois, neuf… Pour chaque affaire, quelques mots venant compléter le texte, maintenant entier. Nom de… Nom de… Un mot, un seul différait. Il en perdait les siens ! Trop de café, pas assez de sommeil.
    Concentration.
    Concrètement, on avait quoi ? Interrogatoires des proches et des voisins : rien dans aucune des affaires; indices : le texte , suspect : … ; corps : aucun, jamais. Un cauchemar… La panique s’emparait de lui : et si le tueur considérait son œuvre  comme… achevée? Ça le rendait fou ! Et la chef qui avait hurlé : « vous me voyez dire au Préfet qui on cherche inspecteur ? » Et qui l’avait fichu dehors à coups de menaces pas reluisantes pour sa carrière « si on ne lui apportait pas fissa des avancées plus digestes à se mettre sous la dent ! » Très drôle !
    Sauver sa peau…Traquer.

  4. Schiele

    J’ai pas encore lu la version 2 parce que la 1 m’avait terriblement plus : entremêler un truc bien terre à terre avec un conte, déjà j’adore l’idée. En plus subtilement dosé, si bien qu’au départ je me suis demandé si c’était une coïncidence.

  5. Gaëlle Pingault

    J’aime beaucoup cette version 2, Ann. Les incises très « sèches » de mots isolés, c’est une excellente idée, c’est très efficace. Bravo!

  6. Ann

    non non, je voulais depuis longtemps écrire sur ce conte qui est fascinant! Il existe dans bcp de coins du monde, avec des fins différentes. Bcp finissent mal, comme dans la version de Perrault. Il existe une analyse très intéressante d’Anne-Marie Garat « une faim de loup » qui raconte tout ça et explicite pas mal ce conte versus psychanalyse et socio, j’avais adoré ce bouquin… Réécrire le conte me trottait dans la tête et c’est somme tout très difficile donc j’ai détourné/fait un clin d’oeil/rendu hommage…

  7. Ann

    merci Gaëlle ^^

  8. Ann

    et tout le monde!

  9. Ann

    oui oui clairement un peu bâclé par manque de … temps/anticipation(écrit à la dernière minute) blablabla, j’ai revu le fil conducteur pour que ce soit plus logique et j’ai élagué…

  10. Ariane

    Trop chouette ton texte!! J’adore cette idée, tu le modernises et ton style le dirige également vers un public de lecteur adulte. J’étais tellement prise par ton polar que je me suis aussi demandée si c’était des coïncidences ;-)! Et je plussoie la version 2! On pourra lire la suite ;-)?

  11. Emije

    Chouette texte Ann, j’ai adoré. Je fermais les yeux et j’y étais. J’ai regardé et suivi cette enquête comme si je la filmais. Vision de la forêt, de cette voiture plantée là et des odeurs que j’ai trouvé très présente. Les descriptions et détails ressortent avec force. Bravo !!!

© 2020 Écrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑