Ateliers d’écriture créative, de fictions, animés par Francis Mizio

Catégorie : Propositions (Page 1 of 4)

Proposition d’écriture – Septembre 2020

Pour cette rentrée, j’ai cherché une idée originale qui peut vous faire aller du comique au tragique, de l’intime à l’universel et de l’historique au contemporain, avec, si vous le décidez, même des cascades et des effets spéciaux. Et, en plus, ce sera personnalisé et géo-localisé selon vos désirs… En effet, il se trouve que dans ma bibliothèque traîne un ouvrage assez étonnant de 1 300 pages ; résultat d’une curieuse recherche sans doute obsessionnelle qui a dû prendre bien des années : Le Dictionnaire des saints imaginaires et facétieux, de Jacques E. Merceron. Croyances, superstitions, légendes, plaisanteries, calembours, expressions… On y trouve tous les saints réels ou imaginaires de France, voire certains d’Europe — et il y en a des centaines. Voici les grandes parties de cet annuaire incroyable  :

• saints de la « grande bouffe », des ribotes carnavalesques et des confréries bachiques et viticoles,
• saints de la fécondité (géniteurs, marieurs, accoucheurs),
• saints grivois et saints obscènes,
• saints de la paresse,
• saints du commérage, caquetage et débinage,
• saints de la gueuserie, du maléfice et de la filouterie,
• saints « à la vie à la mort » et saints des maladies de langueur,
• saints protecteurs et guérisseurs des adultes,
• saints protecteurs et guérisseurs des enfants,
• animaux, objets et concepts sacralisés ou sanctifés,
• lieux sanctifiés, bien ou mal famés,
• saints atmosphériques, grêleux, venteux et pluviards,
• gerbe et pot-pourri de saints,
• répertoire raisonné des dévotions et patronages par calembour.

C’est un ouvrage qu’on m’a offert il y a plusieurs années — et j’avoue qu’il m’a laissé perplexe au moins sur un point : quel éditeur aujourd’hui publierait une telle somme (très érudite, précise, foisonnante), sachant que le lectorat pressenti doit être tout de même mince, que son coût de fabrication, d’édition et de distribution doit être conséquent (il fait bien ses 2 kg) ? Quoiqu’il en soit, il existe…  et s’il fallait lui trouver un usage (enfin ?), ce sera donc fait  ici.

Je vous propose, à vous membres inscrits à cet atelier, de m’adresser le nom d’un lieu (francis@ecrire-en-ligne.net) de votre choix, et en retour je vous adresserai la notule de votre saint personnel et géo-localisé. Il s’agira alors, soit d’inventer la vie édifiante de ce saint (façon hagiographie), soit d’en raconter l’histoire directe (sans faire dans le récit hagiographique), soit de narrer un moment seul de sa vie, soit de nous écrire une fiction qui a un lien direct, collatéral, éloigné ou pas avec ce saint… en respectant au mieux tout de même les principaux éléments du récit « original » du dictionnaire. Bien sûr, le plus grand sérieux comme la fantaisie la plus folle sont autorisés ! On pourra détourner les éléments, donner « sa vraie version personnelle « .

Un exemple : je viens de passer mes vacances aux quatre coins d’Ardèche, dont une semaine près de Lamastre. « Le dictionnaire… » écrit page 771 que Lamastre, c’est « Saints Os » : « ARDÈCHE : à Macheville, commune de Lamastre, dans le Haut-Vivarais, se trouvait jadis une chapelle des Saints Os. La légende locale raconte que l’on retrouva à cet endroit, après les guerres de Religion, les têtes de sept prêtres décapités, devenus soudainement les Saints Os. On y effectuait autrefois un pélerinage pour les enfants malades (Charrié 1968 : 141). »
Que faire avec ce truc sinistre — et pas vraiment facétieux pour le coup ? (qui a sa page Wikipédia). Eh bien (j’improvise) : par exemple, je raconte comment le pharmacien local prétend vendre un remède de sa composition avec des fragments de Saints Os qu’il aurait retrouvés ;  je peux raconter un serment d’amour prononcé dans la chapelle entre deux ados qui veulent se faire peur ; je peux raconter qui a inventé la légende ou la vraie raison véridique et vérifiable qui fait que ces crânes ont été retrouvés là ; je peux monter un personnage d’historien local ou de journaleux en quête de notoriété ; une arnaque aux touristes ; une visite par un groupe cacochyme descendu du bus ;  je peux écrire l’hagiographie officielle (c’étaient qui ces 7 prêtres ? — tiens bizarrement ils sont sept, d’ailleurs, ce fameux chiffre symbolique), je peux invoquer le saint, me sentir en communion avec lui (qu’il soit sérieux ou fantaisiste)… Je ne suis pas obligé de raconter une fiction avec un début, un milieu et une fin. C’est une nouvelle de la longueur qui vous convient : cela ne peut donc qu’être qu’un moment.
Et enfin, parce que je veux être sanctifié et non pas maudit, si votre saint ne vous convient pas (pas assez facétieux, trop lugubre, religieux… bref, pas inspirant), vous pourrez toujours m’en demander un autre (d’un autre lieu, ou simplement d’une catégorie). Au diable les contraintes — et écrivons en paix.


Illustrations : suivant votre appareil, si vous ne voyez pas dans le bandeau du haut une vidéo de cierges, vous voyez un squelette sur un bureau, illustration choisie par « Ça m’intéresse » pour illustrer un article sur la Saint Glin-Glin. Sinon l’étiquette de sainte Ni touche est suisse

Proposition d’écriture – Mai 2020

Pour cette proposition d’écriture, je vais vous révéler un de mes vices : au lieu d’utiliser mon (rare) temps libre à me plonger dans la littérature, que je ne lis plus assez à mon goût, je m’adonne à des jeux de lettres sur mon smartphone. J’ai ainsi, entre autres nombreux jeux dérivés, 4 applications de type Scrabble, et des dizaines d’adversaires inconnus à travers le monde. Il se passe que régulièrement pépette78 ou GrosDenis, Kevin S. ou Christine La Fouine viennent prendre leur raclée ou m’en mettre une.
Or, récemment, je suis tombé sur une application de jeux de mots qui m’a fasciné et bien amusé : Sticky Terms. Elle est différente de toutes puisqu’il s’agit de reconstituer des mots inconnus dans des dizaines de langues différentes,  des mots-puzzles  — majoritairement des mots dit « intraduisibles »… De ceux qui donnent des cauchemars aux traducteurs.

Continue reading

Proposition d’écriture – Avril 2020

En ces périodes pénibles et angoissantes du confinement, je me suis demandé quelle proposition d’écriture, forcément, pourrait peut-être nous faire du bien. Et forcément, qu’avons-nous besoin (hormis la santé, voir nos proches, pouvoir continuer son activité, son travail…) ? : 1- Sortir, bouger, se déplacer, se sentir libre 2- Rire un peu. (On voit ici que je suis très perspicace).
Continue reading

Proposition d’écriture Mars 2020-2

Il y a quelques années, pour un magazine en ligne aujourd’hui disparu, on m’avait demandé d’écrire des chroniques situées de préférence dans l’ouest de la France. J’avais proposé d’écrire des fictions historiques narrant des métiers (imaginaires et farfelus) basées majoritairement sur des expressions ou des proverbes : il y a eu ainsi l’ajouteur de grain de sel de Guérandes (chronique qui a eu l’honneur d’être citée par un certain Pierre Bonte hilare lors d’une émission de FR3), la compagnie des réjouisseurs de veau (du proverbe normand « changement d’herbage réjouit les veaux » — proverbe déjà utilisé soit dit en passant par l’auteure de BD Florence Cestac dans l’album narrant son divorce), les gens qui s’occupaient de vos oignons (à Roscoff, forcément), le tueur d’âne à coups de bonnet (d’après un proverbe vendéen), les sucreurs et rameneurs de fraises (à Plougastel) etc. Il y en a eu 13, puis le magazine a fermé (non, ce n’est pas à cause de moi 🙂 ).
Continue reading

Proposition d’écriture Mars 2020 – 1

En 2012 a paru un livre (*) assez étonnant que certains journalistes hâtifs avaient pris au premier degré : « Le guide des gens, France 2012″. Soit un guide de 150 pages (feuillets lignés pour prendre des notes y compris) qui se présentait comme un palmarès de « gens », décrits, appréciés et notés ; personnes qui méritaient ou non d’être visitées à domicile. Flairant l’entourloupe menée hyper sérieusement, intrigué, et me disant que j’avais peut-être là de quoi alimenter un atelier d’écriture, je l’avais acheté. C’était bien un recueil canular, mais littéraire, de portraits de « gens », composé avec un humour noir subtil et ironique, avec bien du talent, du style et pas mal d’acuité dans le trait, et souvent une certaine tendresse (**). Je m’en suis servi depuis lors de quelques ateliers en présentiel… L’ouvrage est excellent si l’on veut travailler sur les personnages car à travers les compte-rendus de visite sont parsemés des bribes de vie, des indices sur les personnalités… sur lesquels on peut s’appuyer, que l’on peut s’amuser à développer, à faire vivre.
Continue reading

Proposition d’écriture Février 2020-2

Actuellement, la crainte diffusée les médias est légitimement causée par le virus corona et l’épidémie consécutive, et conséquente, déclenchée en Chine. Du coup, le moindre organisme inconnu peut inquiéter au départ, comme par exemple ce tout récent, virus aussi, brésilien… mais qui, heureusement, s’avère être au final inoffensif pour l’homme ! Aussi, pour rester dans la biologie et dans les bonnes nouvelles, et pour ne pas toujours déprimer chinois sur des airs de fin du monde, il faudrait rappeler que le 21 janvier on a découvert une  cellule qui pourrait traiter tous les cancers. Et ça quand même, ce n’est pas rien ; ça compense un peu nos angoisses hypocondriaques…
Vous l’avez compris : tout cela m’a donné l’envie de vous proposer pour thème d’écriture la notion de découverte. Un thème que l’on peut décliner de très nombreuses façons :
Continue reading

Proposition Février 2020-1

Il y a longtemps qu’ici je ne vous ai parlé de chanson. La grève des antennes du service public radiophonique a pour avantage qu’au travers des playlists inhabituelles montées pour occuper l’antenne, je découvre des œuvres que je n’entends jamais, étant d’ordinaire essentiellement branché sur France Culture où ça glose en permanence, ou sur FIP, qui a sa coloration particulière et un peu exclusive élitaire jazzy. Or, il y a quelques jours, sur une antenne en grève, j’ai découvert un titre de Benjamin Biolay, La Superbe, qui m’a immédiatement accroché, sinon captivé. Il était temps : le morceau date de 2009… Je pense que je n’avais jamais entendu de chanson de ce monsieur, ou n’y avais prêté attention (mais le reste de son répertoire, que j’ai, du coup, exploré en diagonale, ne me parait pas être sinon très intéressant).

Continue reading

Proposition d’écriture Janvier 2020

Je cherchais un sujet pour ce premier atelier de janvier… quand je suis tombé sur Twitter sur ce dessin de Tom Gauld, un cartoonist londonien :

(Case 1 :  Résolution de la nouvelle année. Cette année, je me consacrerai entièrement à la lecture sérieuse, à l’amélioration de la littérature, à l’abandon du plaisir facile et à la recherche inlassable de la vérité et de la profondeur dans le travail des plus grands écrivains. Case 3 : Cette année, je vais lire pour le plaisir.)
Continue reading

Proposition d’écriture décembre 2019


Je suis très heureux car j’ai retrouvé la photographie ci-dessus, que j’ai cru avoir perdue, que j’ai cherchée désespérément maintes fois un peu partout durant ces dernières années (vieux ordinateurs, disquettes, etc.). J’avais le souvenir précis de cette image, et je voulais en faire un prétexte d’atelier d’écriture depuis l’an dernier. Je l’ai retrouvée par hasard dans un dossier… Enfin bref.

Ben voilà… c’est, du coup, sur vous que ça tombe !

Continue reading

Proposition d’écriture nov. 2019-2

[Cette proposition d’écriture a déjà été formulée à d’autres que vous en février 2018, et a donné (d’excellents) résultats. Je vous la repropose ici. En fin de ce texte des liens vous mèneront, pour inspiration (ou non… si vous voulez éviter pour ne pas subir d’influence !) vers 4 sur 6 des textes rendus publics produits lors de cet atelier. ]

Je ne sais pas si vous avez remarqué -en tout cas cela m’a frappé un jour- mais dans les romans contemporains, qu’ils soient dits de « littérature générale » ou « de genre » (polar, thriller, roman noir, fantastique…), il y a toujours un endroit, un moment, où apparaît une photographie. Le passage peut-être plus ou moins long, la photographie peut avoir un rôle ou non dans l’intrigue, peut permettre ou non de caractériser davantage un personnage… En tout cas, c’est systématique, elle apparaît. Que ce soit chez de grands auteurs comme chez des auteurs mineurs, chez des génies comme chez des tâcherons de la plume. Faites attention, vous verrez : je ne pense pas me fourvoyer, une ou plusieurs photographies apparaissent à plus de 9 fois sur dix.
Continue reading

Proposition d’écriture novembre 2019 – 1

Régulièrement depuis quelques années je « désherbe », comme disent les bibliothécaires, le stock invraisemblable de bouquins qui envahit ma maison. J’ai mis des décennies à être capable de pouvoir l’accomplir, tant l’idée de me séparer d’un livre m’est restée longtemps inconcevable, en bon accumulateur compulsif que j’étais. À chaque fois, péniblement, j’en ôte une vingtaine, et pas mal de livres que pourtant je ne relirai plus, ou ne lirai pas, ou n’ai pourtant pas aimé… reprennent tout de même du sursis avant d’être réexaminés une fois suivante — car franchement, j’ai toujours du mal à les quitter.
Continue reading

Proposition d’écriture Octobre 2019-2

Il y a un peu plus d’un an sur une idée « venue comme ça », je ne sais plus pourquoi, je me suis dit que je proposerais bien un atelier d’écriture sur le thème énoncé simplement ainsi : « bleu ». Le sujet ? : bleu ! Le ton, la tessiture, l’intrigue, l’ambiance, les personnages, la psychologie, les dialogues ? : bleu. Et débrouillez-vous avec ça (bon : je donnais des pistes tout de même).

Bien sur, comme à chaque fois, une fois mon sujet révélé, je me suis vite fait des angoisses : ma contrainte n’était-elle pas trop difficile parce que trop large ? Le sujet était-il vraiment inspirant ? Et puis comme à chaque fois : les textes produits dans cet atelier (qui a pour chance d’attirer des plumes venues d’on ne sait où) sont toujours étonnants de par leur qualité. Les textes bleus de 2018 (1) se sont révélés être passionnants. Aussi, à la rentrée de septembre dernier, un an plus tard, j’ai osé réitérer le coup du bleu : pareil, il y a eu des textes épatants (2). Mieux : j’ai reçu des courriels d’habituées de l’atelier qui regrettaient d’avoir cette année encore loupé ce sujet…
La couleur comme simple proposition d’écriture semblerait donc admirablement fonctionner (grâce à vous je continue d’en apprendre en permanence !)… Chapeau bas, pardon, chapeau bleu les gens ! Voici qui m’a donné envie d’explorer ce champ d’écriture peu courant que sont les couleurs…

Continue reading

« Older posts

© 2020 Écrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑