Ateliers d’écriture créative, de fictions, animés par Francis Mizio

Texte de Betty – « Le cadeau de mariage » *

TaTacTaToum, TaTacTaToum, TaTacTaToum, le train roulait depuis une demi-heure. J’avais piqué du nez à plusieurs reprises, m’étais réveillée en sursaut, jetant à chaque fois un coup d’œil sur le côté pour me rassurer. Oui, le paquet reposait toujours sur le siège de gauche ; on ne me l’avait pas volé.
Il faut dire que durant quinze jours j’avais couru les magasins à la recherche d’un cadeau pour Alexia. En vain ! Pourtant il y avait urgence, c’était ma meilleure amie et il y a un mois, elle m’avait annoncé qu’elle allait se marier. À mes manifestations de joie et de surprise (elle avait cinquante ans et vivait en couple depuis plus de vingt ans), avait succédé un silence pesant lorsqu’elle m’avait expliqué que Luc était malade, et qu’il voulait l’épouser pour la protéger, au cas où il lui arriverait quelque chose. Ce « quelque chose » laissant augurer du pire ; je m’étais tue, n’osant même pas poser la question de l’existence d’une liste de mariage. De toute façon, la probabilité qu’ils aient décidé d’en rédiger une était minime. Depuis le temps qu’ils vivaient ensemble ils avaient largement eu le temps de se pourvoir en vaisselle et en électroménager. Je comptais sur la connaissance des goûts de mon amie, et surtout sur la chance, pour dénicher le cadeau qui leur ferait vraiment plaisir.
J’avais vite déchanté. Chaque soir, après le boulot, je m’étais mise à écumer les magasins de décoration, d’art, de musique, et de bibelots en tous genres. Rien ne me séduisait. En désespoir de cause, je m’étais décidée à faire la tournée des antiquaires, mais les articles qui attiraient mon attention : une table en bois de rose, une lampe Tiffany… étaient cent fois trop chers pour mon maigre salaire d’employée de bureau. Je m’étais donc rabattue sur les brocanteurs et avait commencé à fouiner, à la recherche du cadeau idéal que je commençais à désespérer de trouver. Mais hier, la chance m’avait enfin souri. Il était temps, je partais rejoindre Alexia et Luc ce vendredi soir après le travail, le mariage était pour demain. La brocante qu’on m’avait indiquée se tenait dans un local qui s’apparentait davantage à un hangar qu’à un commerce. J’en avais presque fait le tour, posant un regard de plus en plus désabusé sur des objets poussiéreux, à moitié cassés ou aux pièces manquantes lorsque je le vis : LE cadeau, MON cadeau ! Il trônait sur une large étagère en bois vermoulu, entre une roue de charrette voilée et une malle aux ferrures rouillées. Ses douces courbes, de couleur mordorée reflétaient la lumière qui tombait à la verticale, comme si Dieu en personne avait cherché à attirer mon attention. Je tendis la main vers l’objet pour le toucher, en apprécier la texture. Il était lisse et frais, merveilleusement doux. Le plus beau vase que j’ai jamais vu ! Une minuscule étiquette en affichait le prix : 100 euros. Exactement ce que ma bourse pouvait me permettre en ces temps difficiles. Je m’emparai de l’objet, il était lourd. Je l’arrimai solidement contre ma poitrine de peur qu’un client ne le vit et ne veuille me l’arracher. Arrivée à la caisse, il me fallut me contorsionner pour sortir de mon sac ma carte bleue sans lâcher le vase, que je réglai sans tenter le moindre marchandage. Alexia serait contente, plus que contente, ravie. Je le sentais, j’en étais persuadée.

Le train poursuivait sa route, TaTacTaToum, TaTacTaToum… En gare de Poitiers, des voyageurs pénétrèrent dans le compartiment. Un vieux monsieur stoppa devant le siège sur lequel reposait mon paquet, je vis à son regard qu’il venait de trouver la place qu’il cherchait. Il commençait à s’asseoir sans regarder où il posait ses fesses, je hurlai, et retirai mon vase en catastrophe. Il faillit m’échapper et je l’imaginai brisé en mille morceaux sur le sol du compartiment. Le vieil homme eut un regard gêné, et se confondit en excuses. Du coup, j’eus honte de moi, lui assurai que ce n’était pas grave, avant de caler le paquet intact sur mes genoux, l’entourant de mes bras en un geste protecteur. Je ne dormis plus du reste du voyage.

Une heure plus tard, quelque peu ankylosée, je descendis du train, et me dirigeai vers la sortie, sac à main et sac de voyage en bandoulière, paquet toujours serré contre mon cœur. Je regrettais amèrement d’avoir omis de me munir d’une grande et solide poche pour le transporter plus aisément. J’arrivais en clopinant dans le hall de la gare. Alexia agitait sa main dans ma direction.
 » Mina, je suis si contente !
— Coucou Alex, alors ça y est, tu te passes la corde au cou !
—  Pffouu, depuis le temps qu’on est ensemble… C’est bien d’officialiser, non ?
— Oui, bien sûr ma chérie. »
Mon ton se voulait joyeux, mais la véritable raison de ce mariage ne quittait pas mon esprit. Pourtant Alexia semblait heureuse, et décidée à ne pas aborder le sujet. Peut-être au bout du compte Luc n’était-il pas si gravement malade que j’avais cru le comprendre, et envisageait-elle l’avenir avec confiance.
Mon amie portait maintenant mes deux sacs, et jetait des regards curieux vers le gros paquet que je serrais toujours contre moi.
« C’est notre cadeau je suppose ? » Ses yeux brillaient.
« Oui, mais fais pas ta curieuse, je te dirai pas ce que c’est, faudra attendre demain !
— OK ma belle, en tout cas ça a l’air lourd. »

En arrivant, je vis que la table du séjour était déjà couverte de paquets, je déposai le mien au milieu des autres. La soirée s’écoula rapidement. Luc avait toujours la même attitude envers Alexia, beaucoup de prévenance, de tendresse, peut-être encore plus qu’avant. J’avais souvent envié leur entente, moi l’éternelle célibataire, toujours en recherche d’un homme avec lequel faire ma vie. Mais aujourd’hui, c’était différent, ce que je voyais surtout c’était le vieillissement de mon amie, les rides installées, un fin lacis qui recouvrait son visage sous la lumière impitoyable du plafonnier. Son maquillage s’était estompé et elle accusait plus que ses cinquante ans. Quant à Luc, il paraissait totalement épuisé. À dix heures nous montâmes tous trois nous coucher. Mon optimisme quant à l’état de santé du futur marié, et la durée prévisible de leur couple m’avait quittée.

La lendemain Alexia, vêtue de bleu pâle avait retrouvé une mine acceptable, et Luc, très chic dans son costume gris, semblait un peu requinqué. Après la Mairie et les promesses  de fidélité réciproque des mariés, notre petit cortège d’une quinzaine de personnes se dirigea vers la maison. Luc se mit à servir l’apéritif alors qu’Alexia commençait l’ouverture des cadeaux.
« Maurice, comme c’est gentil ce joli service de verres, ils sont magnifiques !
—  Et ça, c’est… Linda et Jérôme ! Une belle lampe rose et bleue. Elle ira parfaitement avec nos rideaux. Vous êtes adorables.
– Juliette, des coussins tout mœlleux ! C’est une si bonne idée… »
Le tour de mon cadeau arrivait. Mon cœur battait à tout rompre. Je regardai la main d’Alexia défaire le ruban, déchirer le papier dont émergea la grande boîte dans laquelle j’avais réussi à faire rentrer le beau vase. Elle l’ouvrit d’un air impatient et en retira l’objet avec précaution. Je souriais de toutes mes dents, sûre de mon choix. Mais l’air émerveillé qu’arborait Alexia depuis qu’elle avait démarré l’ouverture des paquets se transforma tout à coup en masque grimaçant. Toutes les petites rides autour de ses yeux et de sa bouche semblèrent brutalement s’accorder pour former un rictus douloureux. Je la vis me fusiller du regard, sans comprendre ce qui m’arrivait. Avais-je laissé le prix ? N’était-ce pas assez cher par rapport aux autres cadeaux ? Ou… quoi ? Mais déjà Alexia grinçait :
« Mina, quelle merveilleuse idée… Une urne funéraire ! »


Illustration : image fournie par Betty – CC – Freepiks

10 Comments

  1. Marine

    J’ai adoré, et bien ri au final… le « à côté de la plaque » d’un cadeau, mais bien sûr! qui ne s’y retrouverait pas… ton texte est rondement mené et tellement agréable à la lecture. Merci pour ce bon moment.

  2. Slava

    J’étais déjà conquis•e à « TaTacTaToum, TaTacTaToum, TaTacTaToum ». Parfaite intro pour me bercer dans cette tranche de vie tendre, un brin mélancolique, plus vraie que nature. Et quelle chute, bravo, et merci pour cet agréable moment de lecture. J’en voulais encore 🙂

  3. Khea

    Betty et son talent d’écriture…bravo, ton texte est magnifique, un de plus 😉
    La chute, géniale ! Ça commence sur une note de bonheur avec une ombre au tableau et ça se termine sur un éclat de rire. Formidable Betty !!!

  4. Betty

    Merci à vous trois pour vos gentils commentaires.
    Je suis ravie que mon tragi-comique vous ait plu !
    🙂 🙂 🙂

  5. Zu

    Bonjour Betty,
    Je me suis facilement laissée portée par le récit à la première personne de Mina. Les événements sont bien amenés et s’enchaînent avec fluidité. Très agréable à lire.
    J’ai deux remarques.
    J’ai été un peu interpellée par la différence de langage de Mina entre son récit personnel et la façon dont elle s’adresse à Alexia. Sa prose à la première personne me parait plus soutenue du coup je ne m’attendais pas à ce qu’elle interpelle Alexia de cette façon là.
    Ensuite, si j’apprécie beaucoup le rebondissement de la fin, la réaction d’Alexia m’étonne un peu. Tu décris bien l’ambiance un peu pesante sous le non dit de la raison de leur mariage sur le tard. Du coup je ne m’imaginais pas Alexia réagir aussi simplement. Je me serai plutôt attendue à ce qu’elle quitte la pièce et qu’une autre personne interpelle Mina sur la caractéristique pour le moins incongrue de son cadeau.
    Mais bon ce sont des points de détails histoire d’apporter de l’eau à ton moulin…

  6. Francis

    C’est bien drôle ce conseil/lapsus terrible imaginé par Betty. On imaginera avec délices les conséquences de la gaffe, sinon l’auto introspection de la narratrice à la suite de sa bévue. Mais était-ce vraiment une urne ?, ou est-ce Alexia qui prend le cadeau pour tel ? Attention, je vais faire mon taf de gratteur de texte…

    Peut-être nous manque-t-il (mais pas forcément) davantage de détails sur l’objet — après tout une urne est un vase… avec un couvercle. La narratrice ne nous dit rien, ne s’aperçoit donc de rien (suppose-t-on). L’habileté et la fluidité du texte de Betty nous font passer ce détail comme une lettre à la poste et la chute surprend ; ça fonctionne en effet. Je chipote, mais tout de même : pour pallier ce problème (l’absence de couvercle, le fait que l’urne soit vraiment prise pour un vase), il aurait fallu que des éléments supplémentaires soient donnés au lecteur, sans que la narratrice ne semble comprendre (ça s’appelle « l’ironie dramatique » pour faire pédant : le lecteur/spectateur sait ; le personnage lui ne sait pas et ce procédé accentue l’effet comique (mais implique d’avoir une autre chute) — ça marche très bien en comédie c’est même un des ressorts principaux, et en tragédie ça donne la tension dramatique, le suspens. Hitchcok disait dans ses entretiens avec Truffaut que si je fais exploser une bombe sous une table où se tiennent deux personnes et que personne — ni les personnages ni les spectateurs ne le savaient —, c’est juste une surprise. Si le spectateur est au courant depuis le début qu’il y a une bombe, mais pas les personnages, c’est alors du suspens et c’est narrativement bien plus intéressant). Bref, pour revenir au texte de Betty dite « Betty Hop j’t’embrouille », celui-ci fonctionne sur la première hypothèse (je révèle à la fin que c’est une urne, j’ai habilement glissé sur le fait que la narratrice ne se rend, elle, pas compte que s’en est une). Je suis donc ici sur l’effet de 1er niveau. C’est juste une surprise drôle.
    Si Betty L’Embrouille nous avait fait comprendre dès le début que c’est une urne (donc avec un couvercle, mais la narratrice ne le réalise pas), nous aurions jubilé en attendant la chute (qui aurait été un peu différente — à imaginer) et là j’aurais été sur un comique plus complexe, le niveau 2 ; avec une jubilation dans l’attente de la récompense qui est l’éclat de rire, la chute. Bref, j’aurais fait d’une bonne comédie une très bonne comédie.
    Mais ne boudons pas notre plaisir : Betty L’Embrouille a bien réussi son job et nous a fait oublier en marchant vite devant la caméra qu’une urne doit avoir un couvercle et que la narratrice ne s’est pas aperçu que c’est une urne.

    Alternative, enfin : mettons que c’est bien un vase, et c’est Alexia qui prend le cadeau pour une urne, supposant que la narratrice veut lui envoyer un message / s’attendant même à cela, elle a surinterprèté. Dans cette nouvelle hypothèse il manquerait alors un truc au-delà de la chute actuelle pour enfoncer le clou comique (mais quoi ?).

    Alors Betty, hummm ? Que dire à cela… que ce texte est réussi, mais qu’il aurait pu être plus que davantage mieux meilleur bien plus réussi ? 🙂

  7. Betty

    Aïe, damned, je suis découverte ! Bon, je me suis bien posé la question du couvercle de l’urne, d’autant plus que dans ma recherche d’image pour illustrer mon texte, j’étais assez naturellement allée vers des photos d’urnes. Et là, j’ai freiné à fond devant le couvercle justement, car si je mettais une photo d’urne, plus de surprise, on se disait juste que Mina était gogol !
    J’ai donc décidé de faire l’impasse sur le couvercle, il aurait pu être perdu puisqu’on était dans une brocante et non aux pompes funèbres, mais en même temps, s’il avait été perdu, Alexia ne se serait pas rendu compte non plus que c’était une urne.
    Bref, ma solution a été de faire l’impasse, et d’opter pour une « surprise », comme tu dis Francis, qui m’a semblé pouvoir fonctionner. Mais c’était sans compter sur les grands gourous malins qui voient tout !
    Bon j’avoue, je n’ai pas traité la question du couvercle. Que Dieu et Lucifer me pardonnent !

  8. Danika

    Merci pour le cadeau 🙂
    Il est bien encombrant, ce présent. dès le début, on a peur qu’il y passe.
    Mais non, il arrive furieusement intact, d’aucuns pourraient le regretter.
    Le texte est assez cruel et drôle. Pas tant à côté de la plaque (funéraire) que ça… Comme un acte manqué à une amie bientôt veuve…
    Se pose quand même la question de l’authenticité de l’amitié. Il y a dans le texte quelques indices m’amertume inconsciente. La jalousie féminine affleure bien dans le texte, comme les fines rides sur le visage de la future mariée.
    Confondre un vase avec une urne, il faut être un peu cruche… ou un peu méchante
    Mais j’ai assez envie de mettre un couvercle sur ce point de détail et continuer de sourire de cette histoire.

  9. Slava

    Alors… c’est vrai que je me suis posé la question du couvercle en lisant, mais le doute n’a pas persisté longtemps.

    Les urnes ont des formes caractéristiques qui sont parlantes même sans la pièce qui permet de les fermer, et l’héroïne aurait pu passer à côté de ce détail, dont l’esthétique aurait immédiatement sauté aux yeux de son amie en ouvrant le paquet, question de culture des unes et des autres. Cela aurait aussi pu être un vase si épuré qu’il faisait penser à une urne. Et, enfin, ce commentaire final pourrait juste être une manière, teintée d’un humour noir qui pique quand même très fort, de dire que le cadeau ne plaît pas trop, en raccrochant les wagons avec les circonstances.

    Bref, c’était si bien écrit que ce détail n’a pas eu la moindre importance à mes yeux 🙂

  10. Betty

    Merci de ce rajout Danika et Slava. A vrai dire, je me suis posé bien moins de questions que tout le monde me semble-t-il. Je n’ai pas analysé la forme des urnes funéraires, j’ai balayé la question du couvercle, je ne me suis pas préoccupée plus que ça du type d’amitié qui unissait Alexia et Mina. Bref, j’ai écrit ce texte comme il venait à mon esprit, et il est vrai que c’est toujours comme ça que ça marche chez moi. Je suis parfois étonnée des questions que ça peut inspirer, et même flattée car je ne me suis rendu compte de rien. Bref, ça doit faire un peu neu-neu tout ça. Tant pis, je me suis amusée à écrire cette histoire et à priori vous ne l’avez pas boudée. Ca me va, très bien même !
    🙂

© 2020 Écrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑