21 mai 1988, salle des fêtes

Ça piaille de partout, dans tous les coins de la salle. Pour cause : ce soir c’est le concours des mini-miss ; un événement dans la région, peut-être aussi important que la Fête à la Saucisse. Chantal toise les autres mamans présentes ce jour-là. Elle en reconnaît quelques-unes, des précédents concours. Elle leur adresse un sourire hypocrite ; deux trois mots sur le temps pluvieux qui va abîmer le brushing des petites.

Elle aperçoit de loin sa fille, sa princesse, Jennifer, au milieu des autres petites, en train de répéter sa chanson, « la Vie en Rose » de Piaf. Pour Chantal, y a pas à dire, la version de sa fille est bien meilleure que l’originale. Elle lui fiche les frissons à chaque fois. D’ailleurs aux cinquante ans du Tonton Jean-Claude elle a même réussi à faire verser une larme à Papy André, c’est dire si elle est douée, la petite. C’est pas Chantal qui aurait pu émouvoir son père ; elle qui ne pouvait pas aligner deux notes sans faire trembler la maison.

L’a pas intérêt à se planter ce soir, Jennifer. C’est son 4e concours, et, pour une fois, ça serait bien qu’elle ait le podium, que l’investissement de Chantal serve à quelque chose.

Sauf que le podium en vrai, y a que Chantal qui en rêve. Suffit de voir les soirées entières passées à visionner des cassettes vidéo de concours des années précédentes, pour repérer la bonne attitude, la bonne démarche qu’elle allait enseigner à sa fille. Il suffit de voir les sommes dépensées en leçon de chant, de claquettes, en robe à tulle et paillettes. Ça lui a d’ailleurs valu quelques nuits sur le canapé, parce que son mari Michel était pas vraiment d’accord pour sacrifier son budget vacances contre un trophée dont il n’avait jamais vu la couleur.

La soirée est terminée, et évidemment elle a pas gagné, la petite Jenny. Elle a même pas eu le podium. Oh elle a pas été si mauvaise, elle s’est juste un peu emmêlée dans les paroles de Piaf. Mais bon : les récitations, ça n’a jamais été son truc à l’école. Et puis Chantal aurait dû faire gaffe à la taille des chaussures, la petite Jenny avait une drôle de démarche avec ses escarpins qui lui sortaient un peu du pied, pas très distingué tout ça.

La petite Jenny s’en fichait pas mal d’être arrivée septième. Ça l’embêtait juste un peu de voir que sa mère avait les yeux rouges et brillants au moment de la récupérer dans l’arrière salle aménagée en loge.

Elle ce qui l’intéressait c’était pas les paillettes, c’était les avions. Depuis toujours. Comment ils étaient construits, comment ils volaient, comment on les pilotait. Elle était pressée de rentrer à la maison pour reprendre la construction de la maquette du Concorde que son père lui avait offerte pour la récompenser de ses bonnes notes. Chantal, elle, traînait des pieds. C’était leur dernière participation, Jenny serait trop grande l’an prochain. A quoi elle allait occuper ses soirées maintenant ?

21 mai 2018

Michel s’est éteint l’an dernier. Le cancer, ils ont dit, les docteurs.
La petite Jenny est devenue grande, elle est partie à Paris, elle travaille chez Air France, mais ne demandez pas à sa mère ce qu’elle fait exactement, elle a jamais vraiment compris, tout ce qu’elle sait c’est qu’elle a réalisé son rêve, elle travaille sur les avions. Jenny a deux jolies filles, qui seront jamais des mini-miss. C’est pas un truc de Parisiens. Et puis de toute façon ça existe plus, au gouvernement ils trouvent que c’est pas bien que les petites filles fassent tout pour ressembler à des femmes. Remarque, ils ont peut-être pas tort.

Elle est à la retraite, Chantal et elle s’ennuie pas mal. Alors quand elle va pas rendre visite à sa fille à Paris, elle va voir ses copines, Anne et Dominique. Ensemble elles jouent aux cartes, elle regardent la télévision, et puis elles alimentent les commérages du quartier, bien sûr.

« Tu sais pas ce que j’ai entendu l’aut’ jour au coiffeur ? Y paraît qu’y sont en train d’organiser un concours de beauté pour les seniors ! Dans la commune ! Nan mais t’y crois toi ? Y pensent qu’on s’ennuie non ? Tu te vois défiler en maillot de bain devant le maire ?? »

Crise de rire.

N’empêche que Chantal s’est inscrite à ce concours. Trop tentant. Elle avait beau avoir pris de l’âge, elle était pas mal conservée. Elle avait hâte de savoir si elle pouvait encore être belle, si elle pouvait être la meilleure à quelque chose.

C’était ce soir le concours, elle a pas mis de paillettes Chantal, elle est restée sobre et chic. Elle s’est pas beaucoup maquillée ; juste de quoi se rafraîchir. Elle a pas chanté du Johnny, elle a interprété un texte de Jean d’Ormesson, et elle s’est même pas emmêlée les pinceaux. Et son escarpin lui sortait pas du pied.

Maintenant, sur la petite étagère de l’entrée, y a un trophée.