Bonsoir, 

Voilà, comme prévu, nous sommes dimanche soir et l’atelier prend fin. Les commentaires ont été clos sur l’ensemble des textes, mais vous gardez bien entendu la possibilité de les consulter. 

Merci à tous pour votre participation à cet atelier finalement très humain…!

Pour ceux qui le souhaitent, le prochain atelier commencera le vendredi 5 juin, et les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes. 

Bonne fin de soirée et bonne continuation à vous tous!

Gaëlle

*************

Ce mois-ci, je vous propose de vous glisser dans la peau d’un(e) autre. Bon, jusque-là, rien de bien original, me direz-vous, c’est le principe même de l’écrivant que de se glisser dans la peau d’un(e) autre.

Alors précisons un peu les choses : je vous propose d’écrire un texte au « je », mais en faisant parler une entité non-humaine (animal, objet, végétal, sentiment…).

Et puisqu’aujourd’hui est le premier mai, jour de manif parait-il, je vous propose de situer votre texte dans un contexte de foule (quel qu’il soit, pas nécessairement une manifestation, c’était juste pour faire semblant de m’intéresser à l’actualité 🙂 )

Prenez-vous pour la colère du peuple dans un rassemblement d’indignés, ou pour le petit chat tapi sous la table d’un vaste repas de famille ; pour la pelouse foulée aux pieds par des milliers de festivaliers à Woodstock, ou pour le rideau d’une scène de théâtre un soir de première ; comme bon vous semble. Racontez-nous le point de vue de ce « personnage ». Créez un décalage avec ce qu’aurait vu et ressenti un humain dans la même situation, ou bien au contraire soyez en parfaite empathie avec les homo sapiens environnants… A votre guise.

Bref, prenez-nous par la main et emmenez-nous tenir compagnie à un élément non-humain, à qui vous prêterez vie en lui prêtant vos mots !