Une semaine s’était écoulée sans que Dudu, un beau maine coon appartenant à Carl et Dominique, ne donne signe de vie.

Le couple de retraités s’inquiétait, leur chat n’avait pas pour habitude de partir aussi longtemps. Sans dramatiser, ils avaient tout de même besoin de s’occuper l’esprit et rien de tel qu’un dîner chez les nouveaux voisins, les Bonsvin, des retraités également, arrivés il y a un mois.
La veille, Carl avait croisé le couple, et en bons nouveaux voisins, ils avaient proposé à sa femme et lui de venir dîner le lendemain soir. D’un air un peu fier Luc Bonsvin lui dit : « Ma femme et moi étions bouchers avant notre retraite, nous vous montrerons notre talent dans l’art de cuisiner la viande. Vous et votre femme n’en reviendrez pas ! »

Le soir venu le couple se rendit chez les Bonsvin. À quelques mètres de la maison, une délicieuse odeur de beurre et d’oignons cuits vint leur chatouiller le nez. Leur appétit grandissait au fur et à mesure qu’ils avançaient.

Peu de temps après leur arrivée, Carl et Dominique appréciaient déjà le couple. Luc était plutôt drôle, quant à Catherine d’un genre plutôt discret était très souriante et savait accueillir ses convives.
L’ambiance allait de bon train et après avoir fait connaissance, les plaisanteries de Luc faisaient exploser de rire le couple d’invités. Dés l’apéritif, ils se sentirent tous les deux très à l’aise chez les nouveaux voisins.

Le moment de passer à table ne se faisait plus attendre.

Une fois tout le monde assis, Catherine partit dans la cuisine afin d’apporter le dîner tant attendu.

Il s’agissait de délicieux morceaux de lapin bien dorés, avec en accompagnement des pommes de terre et des lardons. Dans la sauce, un arôme acidulé et sucré se démarquait, il s’agissait du cidre.

Le couple était transporté par tous ces effluves.

« Un lapin au cidre ! Il est habituellement cuisiné avec du vin blanc, mais un peu de changement ça ne fait pas de mal. », affirma fièrement Luc.

« Savoureux ce lapin, c’est un régal vous nous comblez », répliqua Dominique.

Les discussions et les plaisanteries continuèrent. Dominique en profita pour partager l’angoisse de la disparition de son chat.

Cependant, une blague douteuse de la part de Luc fit basculer l’ambiance :

« Ne dit-on pas du chat qu’il a le goût du lapin ? Si ça se trouve, c’est votre chat que vous avez mangé.»
Le couple se regarda avec stupeur.

 » C’est bien un gros chat ? », demanda Luc.
« Oui, un maine coon.
– Ah celui-là ! Il venait tout le temps uriner dans nos cultures de radis, sûrement pour marquer son territoire. Enfin, nous en avions marre et, en bons bouchers que nous sommes, nous avons décidé de le tuer et vous le servir à dîner ; ça vous apprendra à laisser traîner votre chat ! » fit le boucher tout en rigolant.

Le visage de Dominique se décomposa.

Silence. Un froid s’installa entre les deux couples.

Catherine brisa la glace et fit remarquer à son mari sa plaisanterie déplacée.

«Je rigole les amis, enfin ! »

Le couple fit un sourire par courtoisie, mais la blague du voisin n’était pas passée. L’ambiance n’était plus la même. Le reste de la soirée se déroula avec embarras.

Sur le chemin du retour, Dominique cogita sur la plaisanterie du boucher. Et s’ils avaient vraiment mangé leur propre chat ? Aussi saugrenu que cela puisse paraître, cette inquiétude ne la quittait pas. Après tout, il en existait bien des fous. Elle n’en fit pas part à son mari.

Durant la nuit, Dominique ne parvint pas à trouver le sommeil. Elle se retournait dans tous les sens pour chasser les pensées glauques qui traversaient son esprit. Elle imaginait le boucher capturer son Dudu puis le tuer avec tout son attirail. Toutes ses images défilaient pour en venir à une seule conclusion : leur voisin avait bien tué leur chat, c’était une évidence. Comme il l’avait dit, c’était pour leur donner une bonne leçon, leur chat gâchait les belles cultures de leur jardin.

Soudainement, un haut-le-cœur la fit se lever et elle se précipita dans les toilettes. Elle rendit tout le dîner du soir. Entendant sa femme régurgiter, Carl vint la retrouver et lui donna une serviette afin qu’elle puisse s’essuyer. Elle se retourna et lui dit :

« Ne te moque pas Carl, mais il a tué Dudu, je le ressens . »

Tendrement, son mari lui répondit : « Je pense que tu te fais du soucis pour rien ma chérie. Je sais que tu aimes par-dessus tout notre chat, mais c’est un peu gros. Bon, il faut reconnaître que ce n’était pas malin de sa part mais il reviendra, tu verras. Allons, nous recoucher maintenant. »
Dominique suivit les conseils de son mari et partit se coucher malgré sa déprime. Elle réussit tout de même à trouver le sommeil.

Quelques heures plus tard, le couple fut réveillé par des miaulements du côté de leur jardin. Malgré son état un peu faible, Dominique accourut dans le salon et ouvrit les volets. Au travers de la fenêtre, elle pouvait apercevoir Dudu. Elle n’y croyait pas, son chat était rentré. Elle l’attrapa et le serra dans ses bras.

Une fois que la retraitée se remit de ses émotions, elle repensa aux tourments de la soirée précédente puis ne put s’empêcher de se sentir ridicule d’avoir réagi ainsi à une plaisanterie de si mauvais goût.


Photographie : bella67 – cc – Pixabay