Semaine n°12

 

Samedi – 15h47

Je ferais mieux de me préparer pour aller parler à ces idiots de l’autre côté de la porte. J’ai bien compris que cela ne servait à rien de résister. Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir leur raconter cette fois ? D’habitude, je sais faire preuve d’imagination, tout le monde me l’a toujours dit, mes blagues sont les meilleures. Mais là, je dois avouer que je sèche un peu. Il faut dire que le mur grisâtre que je fixe à longueur de journée ne m’aide pas beaucoup à être drôle. Je perds même mon sens du sarcasme. Je sais que c’est fait exprès d’ailleurs, cela me parait évident. Quoi qu’il en soit, il faut que je prépare mon texte, mon expression et donc, comme je disais, deux ou trois blagues.

Je me demande ce que font les autres quelques minutes avant. Ils n’ont pas l’air très drôle, donc cela ne m’étonnerait pas qu’ils ne fassent rien. Qu’ils soient spontanés, et sincères. J’espère que je ne deviendrai pas comme eux. Le temps risque d’être long en revanche, sans ami, ni complice. Ni famille. J’ai l’impression que je leur fais un peu peur. Je me demande ce qu’on leur a dit. Peut-être qu’ils n’ont rien dit, d’ailleurs.

Samedi – 18h06

Je ne sais pas pourquoi elle m’a empêchée de parler. J’aurais aimé lui demander mais ce serait comme avouer que cette mascarade avait une quelconque importance pour moi. Mais cela me perturbe, il faut bien que je me l’avoue à moi-même. Quelle plaie si je dois y assister sans pouvoir parler. J’ai bien fait de garder mon sourire comme si de rien n’était, comme si je n’avais pas remarqué qu’elle était passée directement à la brunette qui renifle tout le temps. Elle en avait des choses à dire, elle. Insipides, inintéressantes, plates.

 

Dimanche – 7h55

Je dois avouer que je me sens seule. Ce n’est pas une nouveauté mais cette fois je suis vraiment seule en fait. Hier soir, il est repassé me voir. Pour me demander comment s’était passée ma journée et si j’avais quelque chose à dire avant l’extinction des feux. J’étais un peu prise au dépourvu, donc je n’ai pas trop répondu. Mais je ne suis pas bête, je sais bien que c’était fait exprès de venir me parler en dehors des sessions. Désormais je serai prête.

 

Dimanche – 14h23

Je m’ennuie. Je me suis toujours ennuyée. D’ailleurs, c’est peut-être la raison pour laquelle je suis ici. Mais n’y pensons pas, ne jouons pas leur jeu. Je sais que c’est ce qu’ils veulent, me faire dire pourquoi je suis ici. Mais je n’en ferai rien et je m’interdis d’y réfléchir. Je suis ici et c’est tout. Ils devront bien un jour décider de quelque chose au lieu d’attendre. Enfin j’ai l’impression qu’ils attendent mais je n’en suis pas sûre. En tout cas, il n’est pas repassé cette fois, il me laisse seule à cogiter.

 

Dimanche – 15h18

En fait je ne suis sûre de rien. Et je ne suis plus sûre de vraiment me rappeler. Peut-être que je devrais t’en parler à toi, mais c’est vrai qu’au fil des semaines j’ai un peu de mal à remettre les choses dans leur contexte. Je pense que c’est cet endroit qui fait cela. Je suis plus concentrée à survivre au quotidien, à rester qui je suis, à éviter les pièges et la bêtise des autres.

Dimanche – 18h13

Je n’ai pas parlé aujourd’hui non plus. Je n’ai pas pu m’empêcher de simuler une petite toux peu discrète mais elle ne s’est pas laissée perturber et est passée cette fois au grand blond tout maigrichon. Qui, soit dit en passant, raconte des bobards sans précédent. Qu’est-ce qu’ils m’agacent.

 

Lundi – 8h04

Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. J’ai beau me répéter que je ne dois pas tomber dans leur piège, ce n’est pas évident. Certaines images me reviennent, l’expression de surprise sur son visage, la tentative vaine de me raisonner, la panique, les hurlements. Puis la vieille voiture qui moisit dans le garage depuis des années, l’odeur dégueulasse du coffre que j’ai forcé, l’odeur qui désormais doit y régner.

 

Lundi – 18h09

J’ai craqué, j’ai parlé. Je ne lui ai pas laissé le choix, et je me suis levée. Et j’ai fini par expliquer à tous ces imbéciles à l’air ingénu pourquoi j’avais tué ma mère.

Par Mini 697