Ateliers d’écriture créative, de fictions, animés par Francis Mizio

Texte de Zu – « Faux départ »

Bruxelles, 1er octobre 1961.

Le jour se levait à peine sur l’avenue de Fonsny, le ciel était blanc et bas, tel qu’il est par habitude de l’automne au printemps à Bruxelles. Un tramway ralentit sa cadence et s’arrêta devant l’entrée de la gare.
Parmi les rares badauds qui en descendirent, un couple se détachait. Lui prévenant et calme, une petite valise à la main, se retourna pour accompagner de sa main libre, celle qu’on devinait être sa compagne. Un claquement retentit et le tramway repris bientôt sa route, faisant sonner sa cloche à trois reprises afin de presser un piéton imprudent.

Le couple fit son entrée dans le grand hall de la gare, dont l’architecture métallique massive induisait un sentiment d’austérité autant que de majesté. Les lieux étaient encore vides et froids à cette heure précoce, l’homme s’avançait vers le guichet.

« Bonjour monsieur/’Dag meneer » dit le guichetier.

« Bonjour » répondit l’homme. « Un ticket pour Anvers je vous prie.

–  Aller simple ou aller-retour monsieur ? » demanda le guichetier, déjà occupé à remplir le talon du ticket posé devant lui.

« Un aller simple » répondit l’homme dans un soupir imperceptible.

Assis sur un banc du quai numéro trois, le couple attendit le train, annoncé pour 6h13.

L’homme, vêtu d’une veste en tweed marron et d’une casquette grise, tenait tendrement la main de sa femme. Il fuma une cigarette, et la pression entre son pouce et son index, trahissait son état émotionnel. Elle, déjà parée de son manteau d’hiver, grelottait légèrement les yeux dans le vague.

« As-tu bien vérifié qu’il ne te manque rien ?

– Tout y est Else, ne t’en fait pas… » répondit-il en tapotant doucement sa valise, un sourire triste au coin des lèvres.

Leurs regards se croisèrent et elle ne put réprimer une montée de larmes, qui par chance, restèrent toutes perchées à flanc de cils. Elle aurait aimé lui dire qu’il fallait tout arrêter, repartir chez eux et tenter de reprendre leur vie là où ils l’avaient laissée quelques années plus tôt.

Il la coupa dans ses pensées et lui dit :

« Et toi, t’es-tu bien assurée que toutes nos affaires seront en ordre pour ton départ ?

– Oui, M. Londot a déjà trouvé un locataire qui emménagera la vieille de mon voyage. J’irais loger chez Louise, elle a insisté. »

Georges voyait d’un mauvais œil qu’Else ait informé Louise de leur départ. Mais pouvait-il empêcher sa femme de prévenir la seule personne qui composait sa, désormais, si petite famille.

« Sais-tu déjà où tu logeras ? » demanda Else.

« Je dois me rendre dès mon arrivée dans le quartier des docks à Het Eilandje. On me fournira une chambre et je commencerai le travail au port demain matin. Jan m’a assuré que le salaire y est bon, j’aurais la possibilité de mettre une partie de ma paye de côté. La chambre est peu chère et il parait qu’on mange pour quelques francs près du port. »

Else ne dit rien et occupa toute son énergie à ne pas s’effondrer, tant l’épreuve lui paraissait insurmontable.
Georges connaissait sa femme tellement bien que son désarroi évident lui nouait les tripes.

« Else, d’ici une semaine tu auras aussi pris tes fonctions. La famille qui t’a engagée est idéale. Ils ont deux jeunes enfants, l’homme est très occupé par son travail et la femme par ses œuvres et ses mondanités. Crois-moi, personne ne se doutera de rien, tu feras une excellente gardienne d’enfants pour eux. »

Il prit tendrement Else contre son épaule et leva les yeux vers le ciel, cherchant la force de ne pas craquer devant elle. Ils avaient maintes fois pesé le pour et le contre, ils n’avaient plus le choix.

Tout à coup, un sifflet retentit. Le chef de gare se trouvait à quelques mètres d’eux et leur fit un petit signe pour leur indiquer l’arrivée du train.

Else se leva rapidement et épousseta le bat de son manteau dans un geste réflexe. Georges mis un temps à venir à sa hauteur, sa valise fermement maintenue sous son bras.

Il ouvrit la porte du wagon le plus proche et posa sa valise en haut des trois marches, il n’y avait personne d’autre à leur hauteur.

Georges se retourna et d’un mouvement soudain entoura Else de ses deux bras. Il enfouit son nez dans le cou de sa femme, qui posa la main sur sa tête, dans un geste de réconfort.

« Nous serons réuni d’ici un an, mais il est primordial que personne ne nous relie avant cela. La prochaine fois que nous nous rencontrerons, nous devrons agir comme si ne nous étions jamais vus auparavant. Si nous y parvenons, plus rien ne nous arrêtera… » dit Georges rapidement en tenant dans ses deux mains le visage désolé d’Else.

Dans un souffle douloureux elle lui dit ; « Je sais Georges, pour nous et pour petit Pierre. »

Averti par un coup de sifflet, Georges embrassa une ultime fois Else et sauta sur le marchepied. Il récupéra sa valise et alla s’asseoir dans le premier compartiment.

Les yeux dans les yeux lorsque le train démarra, Else ne put plus retenir sa tristesse et la digue de ses larmes céda. George posa la main contre la vitre, impuissant face au regard implorant d’Else, mais se redressa promptement lorsque le contrôleur fit son entrée dans son compartiment. Lorsqu’il se tourna vers la fenêtre, ils avaient quitté la gare. Seule lui resta imprimée sur la rétine, l’image du visage d’Else, légèrement flouté par la présence de buée sur la vitre.

Laissée seule sur le quai de gare, Else repartit dévastée mais avec l’espoir que tout cela n’était pas vain. Si Georges disait vrai, dans un an ils seraient à nouveau ensemble.

Dans un an, ils seraient vengés.


Photo : Gare de Bruxelles – Avrene – Visual hunt – CC BY

9 Comments

  1. Francis Mizio - Ecrire en Ligne

    Et nous voici partis pour un sacré thriller (historique?). Bravo pour le climat, l’ambiance, pour les personnages, pour les dialogues, pour le choix de la scène « déclenchement » de l’aventure et du « voyage des héros », pour la petite phrase finale (Ah la vengeance, le thème qui marche à 100%…) Tout cela est diablement cinématographique, notamment à cause du choix du lieu (*). Bravo aussi pour nous faire vibrer alors qu’on ne sait rien de rien, finalement. C’est du grand art de romancière manipulatrice là (normalement derrière un tel chapitre d’ouverture, c’est chapitre flashback obligé car on ne pourrait tenir plus longtemps sans en révéler un peu sur les desseins ou la chaîne causale comme on dit qui nous a mené là les personnages, au risque sinon de faire tricheuse avec le lecteur). J’aurais mis un poil plus de décor signifiant leur situation (la caméra est vite focalisée sur le couple, un plan ou deux plus larges auraient été peut-être bienvenus surtout que les décors sont bien suggérés dès le début et y sont propices), mais ce n’est pas obligatoire, car là déjà, cela fonctionne à merveille.

    (*) Au passage Zu me grille un sujet que je voulais proposer un de ces quatre et qui était justement la gare — mais bon, ça se paiera !

  2. Zu

    Bonsoir Francis,
    Merci pour ce retour qui me sied d’autant plus que c’est exactement ce que je m’étais attachée à transmettre! Pour la peine ce challenge à été vraiment inspirant!
    Je prends note de la remarque sur le manque de plan large et y serai plus attentive à l’avenir.
    Et oui, je me suis fais plaisir en terminant sur cette phrase…c’est le défi « pageturner » qui a été mon moteur sur cet atelier!
    *En ce qui concerne le choix de la gare comme lieu principal, il fallait dégainer le premier 😉 !

  3. Khea

    Waoh ! On sent l’amour, le déchirement…des frissons. Je veux connaître le pourquoi, la suite 🙂
    Merci Zu pour ces beaux personnages.

  4. Melanie

    Super texte qui m’a laissé sur mon appétit! Effet « page turner » réussi… Il est Allemand, elle est Juive? Est-elle enceinte (petit Pierre)? De quoi veulent-ils se venger? Je veux une suite Magnifiquement écrit!

  5. Melle47

    Je ne vais pas être originale du tout sur ce coup là… Moi aussi, je veux la suite! Tu tiens là un bon début de roman, ne t’arrête surtout pas. J’ai aimé moi aussi ces deux personnages pleins de tendresse et remplis d’amour. J’ai beaucoup aimé aussi le choix des mots, les tournures de phrases. Bel écriture. Belle histoire. Bravo

  6. Ann

    Pareil, quel suspens à la fin, on est vite pris dans le tourbillon! Mais qui est ce petit Pierre en plus?? Tu retranscris magnifiquement la tension, les sentiments, sur ce lieu de passage et de grand changement, de grandes décisions, que symbolise une gare, sans doute.

  7. Marine

    Bonjour Zu… tout comme mes camarades d’atelier, je vous dis bravo pour ce beau moment de lecture et du coup bravo pour cette touchante, vibrante, émouvante écriture…. si le geste était commercial pour donner l’envie d’acheter le livre à partir d’un extrait, c’est gagné…. j’aimerai vraiment lire la suite.

  8. Lulu

    J’ai beaucoup aimé ton texte.Il m’à surtout inspiré des sensations:couleurs,odeurs,bruits et même le temps qu’Il faisait dans ton histoire.Tout un film.Et oui surtout l’envie de savoir la suite!

  9. Emije

    Zu,

    Que c’est beau !!! Une très belle histoire. Une écriture qui traduit de belles émotions. Les éléments du décor qui sont là. Vraiment bravo et quel suspens. J’aimerai lire la suite. Je me suis régalée.

© 2020 Écrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑