Qu’est-ce que  « Le projet conjugal » ?

« Le projet conjugal » est né du premier atelier de novembre 2018. Il s’agissait de répondre à une des annonces tirées du recueil d’un siècle de petites annonces du Chasseur Français (1885 à 1989).
Plusieurs textes « fondateurs » nés de cet atelier ont été d’ores et déjà enregistrés. On les trouvera via le menu ci-dessus ou en cliquant ici. (D’autres textes arrivent).

L’objectif est désormais, au travers d’un atelier d’écriture permanent de créer un recueil collectif de fictions vivant à faire revivre les personnes ayant passé jadis ces annonces, et, lorsqu’il y aura assez de textes et d’époques balayées, de le faire ensuite éditer (avec un contrat par auteur(e) comme il sied dans un ouvrage collectif.

Comment participer ?

– Il faut adhérer à l’atelier permanent. Cette adhésion est de 30€ une fois pour toutes, et quel que soit le nombre d’annonces auquel vous déciderez de répondre. Vous pouvez régler cette adhésion par RIB (en me le demandant) ou par Paypal en précisant « Le Projet conjugal ».

Comment cela se déroule-t-il ?
Dans le recueil de centaines d’annonces matrimoniales du Chasseur Français, courant de 1885 à 1989, il y a des annonces classiques, d’autres insolites, d’autres incroyables, d’autres affreuses ou cyniques, d’autres tendres, d’autres farfelues, émouvantes, pathétiques… Certaines très courtes, d’autres longues et détaillées. Toutes dessinent des vies passées ou à venir.

– Vous me demanderez si vous voulez utiliser une annonce passée par un homme ou par une femme, et de quelle année (sachant que la première annonce passée par une femme elle-même remontant à août 1898, et elle a déjà fait l’objet d’une fiction). Je vous en soumettrai alors trois, et vous en retiendrez une.

– Ensuite,  vous aurez le choix pour traiter votre annonce  :

• Soit écrire en incarnant le personnage qui répond à l’annonce (âge, situation, époque) : écrire une lettre, en somme, adressée au « journal qui transmettra ». Sachant que toute lettre, si elle est bien élaborée, en révèle beaucoup sur la personne.

• Soit de raconter la rencontre entre les deux personnes à la suite de l’annonce, ou de raconter un moment de leur vie ensemble après s’être unis : bref, écrire une nouvelle.

• Soit de raconter un moment de la vie de la personne qui a passé l’annonce, ou de la personne qui y répond : bref, écrire une nouvelle, sans forcément rester attaché à l’annonce elle-même. Il s’agit de faire revivre la personne imaginée à la lecture de son annonce.

– Lorsque vous jugerez votre texte terminé, sans qu’aucun délai d’écriture ne vous soit imposé, vous me l’enverrez en format Word ou Open Office.

– Votre texte fera l’objet de commentaires de ma part, de suggestions de retravail, de pistes d’écriture comme lors de chaque atelier (c’est ce qui explique la demande d’adhésion). Ces travaux se dérouleront dans une zone privée du site afin de pouvoir échanger éventuellement avec les autres auteur(e)s de ce recueil en construction. À votre demande ces échanges peuvent se faire par mail, mais vous perdrez l’opportunité d’être conseillé par les autres auteur(e)s adhérent(e)s au projet.

– Lorsque vous jugerez votre texte terminé, il sera publié en zone publique ici (non copiable) et sera enregistré comme étant partie à part entière du recueil que je ferai éditer lorsque il y aura assez de textes pour constituer cet ouvrage unique qui aura fait revivre des inconnus grâce à vous…


Si vous ne voyez pas ci-dessus la vidéo d’un jeune couple en train de jouer (source : cc – Pexels video), alors vous voyez des mariés en baskets (NGDPhotoworks – cc – Pixabay). En dessous, c’est une photographie de mariage prise en France en 1931 (source : cc- Shorpy), et, dans le texte, une image de Robyn Russel qui s’est amusée à photographier un couple en mode mariage vintage 70ties.