» Revanche…Revanche… RE-VAN-CHE ! »

Une petite boule de poils ressemblant à un mini griffon sortit du buisson en prenant son temps.

« Ah quand même, j’ai failli attendre. Allez on rentre. Tu ressembles à la perruque de la voisine par un jour de grand vent. »

Lucie tourna les talons, suivie par sa petite chienne, direction la maison.
Revanche était arrivée comme ça, devant la porte, il y avait 3 ans. Lucie l’avait faite entrer, elle n’était jamais repartie.

C’était le premier nom qui lui était venu à l’esprit, celui-là ou un autre quelle importance.

La maison avait été vidée, elle s’était retrouvée seule assise au milieu du salon, incapable de réfléchir, de faire autre chose que de rester là, par terre, les yeux fixés sur le plus rien. A part quelques bricoles, ses affaires à elle, tout avait été empaqueté, embarqué. Un vrai pro de la magie, il était là et hop plus là ! Les projecteurs s’étaient éteints, le spectacle était fini. Un frisson la secoua « bouge, lève-toi, va prendre l’air ». Endolorie par l’hébétude, elle se leva et effectua une sortie… jusqu’au seuil de la maison. Trop difficile d’affronter cette lumière éclatante d’un jour d’été, totalement irrespectueuse de son chagrin. Quelques nuages auraient été plus appropriés. Elle allait refermer la porte lorsqu’elle vit cette petite chienne maigrichonne, assise sur le paillasson. Elles se regardèrent :

« Alors toi aussi ? …Entre. »

Il avait encore joué, jeté les mauvais dés ; ils étaient venus et avaient tout pris. Une histoire de poudre tout ça, celle qu’il n’avait cessé de lui jeter aux yeux pendant des années, aveuglante, et celle d’escampette pour tirer sa révérence.

Le choc passé, la colère s’installa. Elle allait lui mettre le grappin dessus , il fallait qu’il paie la dette qu’il avait envers elle !

Elle se lança dans des recherches assidues pour le retrouver, par internet, ses proches, ses amis, les lieux qu’il fréquentait. Oui, il était vivant ; non, ils avaient promis de ne pas lui dire où il était parce qu’au final, elle était qui pour eux, même pas sa femme, juste sa concubine pendant cinq ans, et pas d’enfant… tiens d’ailleurs, s’ils avaient eu un enfant, tout ça aurait pu être évité, elle n’en a pas voulu alors qu’elle ne s’en prenne qu’à elle ! Des gens charmants.

La colère fit place à une détermination tenace et obsessionnelle de vengeance. Revanche était l’oreille complaisante de chaque plan que Lucie échafaudait. Elle ne dormait presque plus, allait surveiller, en planque dans sa voiture, devant chez des ex-amis au cas où il passerait chez eux, était même allée jusqu’en Espagne voir une vague cousine dont il parlait de temps en temps. Elle était devenue une machine à ruminer. Ça n’avait aucun sens, il fallait qu’elle se sorte de ce cercle vicieux de vengeance, la destruction à petit feu. C’était lui permettre de continuer à avoir du pouvoir sur elle. Il prenait tout l’espace.

Arrêter cette violence qu’elle s’infligeait, accepter pour guérir, la résilience comme alliée. Pas de fuite en avant en déménageant, s’éloignant. Se réapproprier la maison, un grand coup de frais, après tout, elle était à elle avant lui ; remettre ses baskets pour aller courir dans tout son quartier avec Revanche ; chaque foulée comme pas vers la guérison ; réapprendre à avoir une vie sociale ; croire à nouveau en elle, en sa capacité de séduction aussi, « miroir, mon beau miroir, je vais t’en mettre plein le reflet! ».  Elle se mit même à la méditation ; elle avait entendu dire que c’était des moments de souffle, de découverte et de retrouvailles avec soi-même, alors mieux qu’un psy et gratuit.

Au milieu de son salon, assise par terre, Lucie regardait autour d’elle, tout était en accord avec elle, plus aucune trace de poudre. Elle ferma les yeux, plus de tempête en elle, apaisée, elle s’était trouvée, avait fait la paix avec elle-même et le passé. Elle se leva, Revanche sur ses talons, une petite balade s’imposait par une si belle journée d’été. Elle ouvrit la porte, une ombre lui cacha le soleil. Il était là devant elle, mine défaite, vieilli :

 » On m’a dit que tu m’avais cherché…

– Oui, mais c’était il y a longtemps, avant.

– Avant ?

– Avant de comprendre que ton départ était le plus cadeau que tu m’aies fait. Prends soin de toi, tu as mauvaise mine. Tu viens, Revanche. »

Pas un seul nuage dans le ciel, la foulée fut aérienne.