Ecrire en ligne

Ateliers d’écriture créative, de fictions, animés par Francis Mizio

Texte de Khea *

Des années que je ne suis pas montée dans ce grenier et rien n’a changé. À part de nouvelles générations de souris et d’araignées, je suppose. Le vieux fauteuil en cuir n’a pas bougé, à sa place en face de toi, ma vieille amie “la grande armoire bancale du grenier”, borgne d’une porte, tu es toujours debout, sentinelle impassible de ce royaume sombre, encombré de poussière et de bric-à-brac. J’en ai passé du temps, recroquevillée derrière ton unique porte, celle de la penderie, les yeux fermés, à ne pas bouger pour ne pas te faire craquer, pas un bruit, surtout. Il y a encore le trop plein de trésors que j’entassais sur tes étagères : des lettres, des cartes, des jouets, des bijoux de pacotille, des coquilles vides d’escargots, des coquillages, une boîte… boîte ?
J’ai toujours détesté cette boîte, avec ses oiseaux peints dessus, figés dans une tentative d’envol, entravés dans leur liberté de partir, sur fond de ciel bleu délavé. Même la rouille s’attaque à eux.
 Étrange parce que je ne me rappelle pas l’avoir mise là, au milieu de tous ces trésors, bien en évidence avec son couvercle posé à côté d’elle; je sais ce qu’il y a dans cette satanée boîte, je ne l’aurais pas laissée ouverte… ne plus jamais te voir.

Découvrir un cadavre caché dans le placard aurait été un choc moins violent. Mais, je n’ai jamais eu d’amant à faire disparaître, au retour inopiné d’un mari ayant décidé de me faire une surprise en rentrant plus tôt pour profiter de la soirée en amoureux. Amant qui se serait malencontreusement étouffé dans ce placard trop étroit où s’entassent tous ces “au cas où, on ne sait jamais” inutiles, ouvert une fois l’an pour rajouter ceux de l’année écoulée. Face à la réalité de ma bévue, j’aurais refermé la porte très vite, me persuadant que je n’avais rien vu, que ça n’existait pas. Mais là, maintenant, debout dans ce grenier, ce n’est pas un cadavre auquel je me trouve confrontée, c’est une parcelle de vie occultée par volonté d’autoprotection pour éviter l’autodestruction. Je n’arrive pas à remettre le couvercle sur cette boîte en métal rouillé du fond de laquelle tu me nargues, avec ton air de mauvaise madeleine, pour te replonger dans le noir.

Il faut que je m’assieds, ça tourne un peu autour de moi. J’ai besoin de sentir le cuir élimé, déchiré et sec sous mes doigts du vieux fauteuil pour me sortir de cet état second, revenir à la réalité….
 J’ai un peu de mal à respirer, la pointe de panique monte, me serre le plexus. Il faut que je me calme, me raisonne, inspirer, expirer, doucement… si je pouvais me cacher…
Je sursaute, un bruit derrière moi, je me retourne… il n’y a que la porte fermée du grenier, et le bric-à-brac couvert de poussière… J’ai cru, j’ai rêvé, c’est toi dans ta boîte qui provoque cela. Mais tu n’es plus dans ta boîte ;  en sursautant je l’ai faite tomber et tu as glissé sur le sol, extirpé de cette boîte.

Je ne te toucherai pas ! Tu me tétanises, me révulses. 
Je te regarde et ça suffit à me lever le cœur. Des effluves détestables, une voix pâteuse et méchante refont surface.

Je sens ce parfum âcre, mélange de caramel et de souffle alcoolisé qui vient troubler subtilement, presque sournoisement l’air poussiéreux de ce grenier, comme une volonté de prendre possession de mon odorat… Un début de migraine s’amorce. Je me passe la main sur la nuque pour chasser une pression appuyée, lourde, douloureuse, la sensation d’une tenaille. J’ai les oreilles qui bourdonnent, elles ont trop subi de mots maltraitants hurlés trop près et de mots fielleux sussurés dans un frôlement. J’ai la chair de poule. Je sais que c’est “elle”, la mise en scène de la boîte ouverte avec toi dedans, sa dernière perfidie à mon intention.

Je vais me lever et sortir d’ici, je ne te ramasserai pas. Les souvenirs sont comme les poupées vaudous, même loin ils ont le pouvoir de faire du mal.


Photo : Pixabay

9 Comments

  1. Francis Mizio - Ecrire en Ligne

    12 février 2019 at 19 h 35 min

    Très bon texte qui place en peu de temps et avec des effets efficaces une de ces « choses qui deviennent démoniaques » (?), « choses inertes que l’on craint » (?), « choses qui incarnent le mal » (?)… Dans quelle catégorie rentriez-vous cette abominable boîte (dont on n’a pas du tout envie de savoir le sens, le rôle passé, l’origine, le contenu ? Elle est pire que celle de Pandore au contenu funeste, elle est le funeste même. Sans vous raconter ma vie, j’ai eu une longue histoire jadis avec une femme qui a été si intense, incroyable, dangereuse, douloureuse, folle, hystérique, démente… (l’histoire et la femme aussi) dans laquelle j’aurais pu y laisser la vie ou simplement la raison que durant plusieurs années après avoir réussi à m’en dépêtrer, je ne pouvais même qu’approcher de la rue parisienne où elle avait vécu (et ne vivait pourtant plus depuis longtemps).

    C’était si fort que j’avais l’impression que la rue était comme irradiée : J’avais peur de la rue même. La rue elle-même était devenue monstrueuse. (C’est parti, mais après plusieurs années seulement). Et c’est pourquoi je peux vous dire que ce sentiment d’avoir affaire à un monstre (tellement monstre que la boîte, on ne la jette pas, elle est à la fois haïssable et repoussante… mais reste puissante et indestructible) est vraiment bien rendu ici… Ce n’est pas du fantastique, et pourtant, on en frissonne. Bravo.

  2. Ah mais alors là, je suis scotchée !!! Merci pour ce commentaire, Francis.
    J’avais l’impression d’être carrément passée à côté du sujet. Je l’ai envoyé avec beaucoup de réticence (pour preuve, mauvayde

  3. Oups encore une mauvaise manip.
    Donc pour preuve J’avais placé mon texte dans les brouillons persuadée de vous l’avoir envoyé.
    Je mets la boîte dans la catégorie des choses inertes qui incarnent le mal, sans hésiter.
    Votre témoignage avec cette femme fait frémir…une nouvelle à écrire…

  4. Une rue, une boite, une maison… on a tous notre zone noire. Bien noire. Celle qui attire et qui effraie en même temps. Qu’on garde et qu’on voudrait pourtant avoir le courage de jeter. Comme un temoin du du « ne plus jamais revivre, refaire… erreur, grosse erreur »… mais dont on ne peut se defaire… beau texte avec tous les petits détails qui vont bien… je le fuis moi ton grenier…

  5. Oui, Mlle 47, fuis, et je te suis…la chose dans la boîte emplissent tout l’espace !! 😉
    Francis, j’ai supprimé un passage du premier jet « …sa dernière perfidie à mon intention. « Elle aurait mérité d’être enfermée dans un placard sur la porte duquel j’aurais écrit en gros  » ne pas ouvrir sous peine de terreur acharnée », puis l’oublier, retour à l’envoyeur .  »
    Mais je n’étais pas convaincue.

  6. J’adore ! Digne d’un Stephen King ! Bon, c’est que j’ai du boulot, moi, pour égaler tout ça !!!

  7. Merci Mylène 🙂

  8. A moi aussi, ça me parle ces objets qui ont une âme, une puissance qu’on ne contrôle pas. J’aime l’idée du grenier. J’aime les greniers, les caves – moins les caves quand même ;). Enfin tous ces endroits où il se passe quelque chose.
    Peut-être que personnifier la boîte, ça aurait été intéressant.
    A ma première lecture (trop rapide) j’avais compris que le « tu » s’adressais à la boîte. Et je trouvais ça très fort. Plus d’aura , plus d’énergie négative…
    Mais ça m’a touché, c’est réussi !

  9. WoW… peu importe ce que cette boîte contient effectivement, c’est suffisamment l’horreur comme ça ! Quel texte puissant! Bravo

Comments are closed.

© 2019 Ecrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑

error: Content is protected !!