J’aime pas le bleu.

Bleu le sang veineux à bout de souffle, sa course éperdue vers l’oxygène.
Bleu mortel, la maladie bleue, pressée d’abréger la vie de l’enfant nouveau né.
Bleu pur du glacier, piège magnifique ; ses crevasses guettant le randonneur subjugué.
Bleu roi des drapeaux, des affiches électorales qui nous promettent un avenir qui marche droit ! Bleu marine…
Bleu mièvre de la layette pour garçon. Mais le garçon n’a pas vécu assez longtemps, n’est plus restée que moi.

Bleues les assiettes, avec des p’tites fleurs… M’en suis vite débarrassée, dans un carton au fond de la cave ; il les aime bien s’il les veut qu’il aille les chercher ! Il en reste une au fond du placard, je ne veux pas paraître autoritaire ; Je suis attentive à faire des concessions.

Je n’aime pas le bleu ; j’ai bien le droit !

D’ailleurs il me le rend bien ; Il me fait le teint blafard et la démarche… rectangulaire. Oui c’est ça rectangulaire. Moi j’aime me draper dans des étoles aux couleurs chaudes : roses rouges, orangées ; certains verts sombres et un peu de violet.  Alors vous voyez que j’aime les couleurs, je ne suis pas difficile.

Mais pas le bleu non pas le bleu. Laissez moi tranquille avec le bleu.
Ne me mettez pas en colère.

Elle m’avait offert un médaillon bleu… Une topaze je crois, sertie dans un cercle d’argent. Tiens d’ailleurs qu’est-ce que j’en ai fait ? Elle n’a jamais su ce que j’aimais ; c’est comme ça, je ne vais pas ressasser ça toute ma vie.

J’ai essayé de porter sa bague quand elle est morte ; un beau saphir bleu sombre serti de petits diamants, cerclé d’or. J’en rêvais d’une bague comme celle là ; je me suis dit tant pis pour le rubis, je ne vais pas me braquer comme ça sur le bleu indéfiniment. On m’en faisait des compliments.

Je pleurais tout le temps sans raison. Çà a été mieux quand je l’ai quittée. Si sans raison, puisque j’vous dis que ça m’a rien fait quand elle est morte.

Bleu. Le bleu glacé de la haine.

Que dites vous ? Le bleu de la mer ? Le bleu du ciel ? Oui bien sur, c’est beau je ne peux pas vous dire le contraire. Vous êtes satisfaits ? Vous voulez me réconcilier avec le bleu…
Alors vous oubliez le bleu de la période bleue, le bleu des nymphéas, le bleu comme une orange. Oui, vous marquez des points.

Et puisque nous faisons connaissance je vais même vous confier : tous mes enfants ont les yeux bleus ! C’est drôle, je ne sais pas pas de qui ils les tiennent… Ah oui : d’elle peut être.

Ô ma toute petite dernière, il y a tant de joie dans le bleu de ses yeux.

Bleu ciel couleur de la tendresse… ?

J’ai même fait un rêve bleu ; je peux bien vous l’avouer. J’y flottais dans un tunnel bleu entre deux parois d’un bleu cotonneux, dans une bienheureuse apesanteur. C’était bien.

Au matin me trottait dans la tête une petite chanson de mon enfance : « bleu bleu le ciel de Provence… et dans tes yeux mon rêve en bleu bleu bleu »

Je ne sais plus quoi penser. C’est compliqué la vie, bien compliqué.