« Merde… Putain de fourmis ».

Je me redresse d’un coup dans mon lit et frotte furieusement mes avant-bras comme pour en chasser des milliers d’insectes grouillants, mais pourtant invisibles, qui courent sous ma peau.

Je grogne : « Non, pas aujourd’hui, vous m’aurez pas ! »

Je lève le nez, respire un grand coup et termine de balayer, non pas un cauchemar, mais bien le reste d’une incontrôlable hallucination. Il fait encore nuit, dehors le vent souffle fort. On est en plein mois de décembre. A mes côtés Elfy, réveillée par mon remue-ménage, s’étire. Elle est déjà au taquet.

« Mince alors, je lui fais en lui grattant l’oreille. J’ai plus qu’à me lever. Faut te sortir ma jolie. La flemme ! »

Je m’extirpe de la couette, enfile vite fait un jogging et un sweat. J’enroule la longue écharpe rouge que ma belle Alice a oublié là ce week-end. Je zippe mon anorak jusqu’en haut, enfile mes baskets en sautillant sur le pas de la porte, chope les clefs de l’appart, attache la bête et claque la porte.

Au bas de l’immeuble je tourne à gauche, et lâche Elfy dans le petit square. À cette heure-ci, il n’y a personne dehors, profitons-en ! Je frotte mes mains pour les réchauffer, tire mon paquet de clopes de ma poche, et m’en grille une. Je surveille ma chienne du coin de l’œil, et repense à mon réveil. Ça faisait un moment que le bataillon de fourmis n’était pas repassé à l’attaque. En ce moment, je suis carrément nerveux. Quoique, je repense à cette période où même les pigeons du parc étaient des espions… Tout ça, c’est normal. Mon psy, le Dr Fraud, m’a bien prévenu que les prochaines semaines, il faudrait que je me tienne prêt. Prêt à faire face à l’arsenal des hallucinations et autres délires qui tentent de rappliquer chaque fois que ma vie millimétrée est un peu bousculée. Je respire à fond l’air glacé du matin.

« Mince, ça caille vraiment là !»

Je siffle Elfy. Il est temps de remonter au chaud. J’écrase mon mégot, le balance d’une pichenette dans la poubelle et rentre au petit trot avec ma fidèle compagne.

Une fois remonté dans mon perchoir comme j’appelle, mon studio de 35 m2, étroit, clean où aucune ombre ne peut se planquer, au septième étage, mais pas encore tout à fait au septième ciel, je me décide pour un petit noir. Le sommeil s’est tiré avec ce froid. Je lance mon appli musique et m’affale dans mon canapé. Elfy se couche en boule contre ma cuisse. J’enroule mes doigts gelés autour de mon mug, souffle sur le café brûlant, et pense positif. De temps en temps, il m’arrive encore de commencer la journée par une séance de réorganisation dans ma tête. Exit, les voix encombrantes, un vrai travail de tri ! Rappel des efforts, de la patience qu’il a fallu mobiliser pour dompter l’envahissement de la souffrance. Rééquilibrage des émotions émoussées, comme dirait mon psychiatre. Quitter cette position de repli. Se remettre en mouvement. Exister. Sortir du “moi malade”…

« Ça y est mon esprit s’emballe… »

Ça fait maintenant 8 ans que je suis diagnostiqué schizophrène. Depuis, j’enchaîne, passages en hôpital psy, consultations, discussions, reconnaissance de mes troubles, moments de paix, de colère aussi. Périodes de traitements, phases d’arrêt des médocs, de celles qui conduisent fatalement aux rechutes. Je me suis perdu, il a fallu que je me construise tout neuf. Que je rattache mon passé enfin accepté à un futur, espéré, comme une promesse, une nouvelle manière d’être-au-monde dans une existence pleine de sens, comme dit ma frangine. J’aime bien sa façon de me voir…

« Stop ! Respire, mec »…

Retour au présent, palpable, réel et génial. Depuis six mois, je bosse dans la salle de muscu qui abrite mes entraînements quotidiens et acharnés. Depuis quatre mois Alice est entrée dans ma vie bizarre et bancale…

« Pourvu que ça dure ! Sourire à moi-même. Exit mes démons… »

Je pose ma tasse, prends une clope, sors sur le balcon. L’air frais me pique, mais le soleil pointe enfin son nez. Tout à l’heure, à 13h, le Dr. Fraud passera me prendre, on posera Elfy chez Grand-mère, et on ira aux studios de télé. Là-bas, m’attendent un journaliste, à qui j’ai déjà longuement parlé pour préparer cet interview, et un autre “psy-quelque-chose”. Le mien ne me lâchera pas, il a promis ! Aujourd’hui, mon bouquin sort en librairie. Ma sœur m’a aidé à mettre de l’ordre dans cette tranche de vie. Elle est géniale. Elle ne cesse de me répéter qu’elle est fière de moi. Que c’est une belle revanche, un beau pied de nez au sort.

« MON histoire, quoi! J’en reviens encore pas ».