Si ça ne faisait pas 116 ans que ça dure, je rigolerai. De les voir s’affairer tous là. A mes pieds. Mais là, ça m’énerve. Ils deviennent de plus en plus hautains avec leurs soi-disant nouvelles technologies. Ils se réjouissent de leurs découvertes, se félicitent, se persuadent qu’ils approchent enfin du sens que j’ai. Du pourquoi j’ai été construit. Des bouffons ces archéologues. Jamais ils ne trouveront. Plus ils fouillent autour de moi, plus ils s’éloignent.

J’ai longtemps écouté leurs divagations. J’ai même parié sur certaines hypothèses qu’ils formuleraient. J’ai aussi découvert beaucoup de métiers qui me paraissent tellement inutiles. L’expert en paléopalynologie par exemple. Celui-là, il m’a scotché quand je l’ai rencontré. Pour faire simple il étudie les grains de pollens et les spores fossiles. Ridicule. Il est venu avec son copain qui fait de la tracéologie. Lui, en fonction des traces produites par l’utilisation des outils, ils déterminent leur fonction. Les gamins qui viennent me voir tous les jours font la même chose.

Oui parce qu’en plus de me farcir des dizaines d’archéologues, je vois passer des milliers de personnes tous les jours. Encore pire que les scientifiques. Ils prennent des airs très sérieux et expliquent à leurs gamins « J’ai vu un reportage qui disait que l’orientation c’était en fonction du soleil et du vent, pour des rituels religieux. » N’importe quoi. Ils feraient mieux de se taire et de retourner se vautrer devant leur télé abrutissante. Plutôt que de m’abîmer avec leurs mains sales.

Des humains j’en ai vu passer. Ils ne s’arrangent pas avec le temps. Et ils n’ont pas arrangé le temps. Haha, trop drôle ! Pas plus tard qu’hier, un visiteur a dit à sa femme « Y a vraiment plus de saisons chérie ! On est en plein mois de juillet, il fait 10°C. De mon temps, on avait de vrais étés. » De son temps… Il a quel âge le chauve ? 65 ans ? Moi je vous le dis, de mon temps à moi, y a plus de 4000 ans, c’était vraiment mieux. Je n’entendais pas la terre gronder sous mes pierres. Elle n’était pas en colère. On vivait bien, elle, les animaux, les quelques humains qui passaient par là et moi. Tout le monde se respectait. Aujourd’hui le respect, les hommes ne savent plus ce que c’est. Des abrutis de jeunes essaient de dessiner sur mes pierres. Ils me tapent dessus. Ils hurlent. Pourtant ils devraient être admiratifs et impressionnés par ma taille, ma splendeur, mon âge. Des bouffons eux aussi.

J’en ai marre de les voir tous. J’aimerai qu’on me laisse tranquille. J’aimerai entendre le chant des oiseaux plutôt que le piaillement des américaines. J’aimerai voir les jeux d’ombres et de lumière sur mes pierres plutôt que des flash aveuglants. J’aimerai profiter de l’éternité et attendre le retour de mes créateurs. Je sais qu’ils reviendront. Ce serait tellement drôle de les voir débarquer demain. Je ne manquerai pas d’apprécier la déconfiture des archéologues face à mon utilité. Et non mesdames et messieurs, je ne suis ni un lieu de culte, ni une sépulture, ni un lieu d’observation solaire. Certes les traces que vous retrouvez viennent des hommes qui m’ont utilisé après mon apparition mais mon sens premier vous échappe. Mes créateurs n’aimeraient pas du tout le nom que j’ai d’ailleurs. Stonehenge. Stone Age. Age de pierre. Traduction : âge de barbares incultes. Ils me manquent. Mais ils sont partis. Loin. En tout cas, moi je suis prêt pour leur retour.

Les humains m’amusent avec leurs expressions. Il y en a une qui m’a plu. La vérité sort de la bouche des enfants. Je me souviens d’un petit garçon, un jour, qui a dit à sa maman « Si on ne sait pas comment les pierres ont été transportées jusque là, c’est peut-être les extra-terrestres qui les ont mises, non ? » Sa mère a levé les yeux au ciel et lui a répondu « Ne sois pas bête mon chéri. » Pauvre humaine étriquée… Dans 10 ans, 100 ans, 1000 ans, tu verras.

Par Nolwenn
Aime lire, raconter et écrire des histoires depuis… (ne s’en rappelle pas c’est trop loin). Devenue journaliste de presse écrite pour en partager. Dans ses rêves les plus fous, serait conteuse et écrivaine. Y travaille…