Ecrire en ligne

Ateliers d’écriture créative, de fictions, animés par Francis Mizio

Author: Francis Mizio - Ecrire en Ligne (page 1 of 18)

Proposition d’écriture nov. 2019-2

[Cette proposition d’écriture a déjà été formulée à d’autres que vous en février 2018, et a donné (d’excellents) résultats. Je vous la repropose ici. En fin de ce texte des liens vous mèneront, pour inspiration (ou non… si vous voulez éviter pour ne pas subir d’influence !) vers 4 sur 6 des textes rendus publics produits lors de cet atelier. ]

Je ne sais pas si vous avez remarqué -en tout cas cela m’a frappé un jour- mais dans les romans contemporains, qu’ils soient dits de « littérature générale » ou « de genre » (polar, thriller, roman noir, fantastique…), il y a toujours un endroit, un moment, où apparaît une photographie.  Le passage peut-être plus ou moins long, la photographie peut avoir un rôle ou non dans l’intrigue, peut permettre ou non de caractériser davantage un personnage… En tout cas, c’est systématique, elle apparaît. Que ce soit chez de grands auteurs comme chez des auteurs mineurs, chez des génies comme chez des tâcherons de la plume. Faites attention, vous verrez : je ne pense pas me fourvoyer, une ou plusieurs photographies apparaissent à plus de 9 fois sur dix.
Lire la suite

Pensez à nous suivre sur Instagram !

Si vous voulez suivre aisément la vie d’Écrire-en-ligne (sans forcément participer à un atelier, vous pouvez le faire sur Instagram (d’abord en suivant nos microfictions (« Écrïmages » -voir colonne de droite) et être aussi ainsi averti(e) également de la mise en ligne des propositions d’écriture via les « stories » instagram (exemples ci-dessous) désormais publiées lors du début de chaque atelier… Propositions que vous pouvez > retrouver ici. Et pourquoi ensuite ne pas vous entraîner chez vous à partir d’elles ?

Proposition d’écriture novembre 2019 – 1

Régulièrement depuis quelques années je « désherbe », comme disent les bibliothécaires, le stock invraisemblable de bouquins qui envahit ma maison. J’ai mis des décennies à être capable de pouvoir l’accomplir, tant l’idée de me séparer d’un livre m’est restée longtemps inconcevable, en bon accumulateur compulsif que j’étais. À chaque fois, péniblement, j’en ôte une vingtaine, et pas mal de livres que pourtant je ne relirai plus, ou ne lirai pas, ou n’ai pourtant pas aimé… reprennent tout de même du sursis avant d’être réexaminés une fois suivante — car franchement, j’ai toujours du mal à les quitter.
Lire la suite

Proposition d’écriture Octobre 2019-2

Il y a un peu plus d’un an sur une idée « venue comme ça », je ne sais plus pourquoi, je me suis dit que je proposerais bien un atelier d’écriture sur le thème énoncé simplement ainsi : « bleu ». Le sujet ? : bleu ! Le ton, la tessiture, l’intrigue, l’ambiance, les personnages, la psychologie, les dialogues ? : bleu. Et débrouillez-vous avec ça (bon : je donnais des pistes tout de même).

Bien sur, comme à chaque fois, une fois mon sujet révélé, je me suis vite fait des angoisses : ma contrainte n’était-elle pas trop difficile parce que trop large ? Le sujet était-il vraiment inspirant ? Et puis comme à chaque fois : les textes produits dans cet atelier (qui a pour chance d’attirer des plumes venues d’on ne sait où) sont toujours étonnants de par leur qualité. Les textes bleus de 2018 (1) se sont révélés être passionnants. Aussi, à la rentrée de septembre dernier, un an plus tard, j’ai osé réitérer le coup du bleu : pareil, il y a eu des textes épatants (2). Mieux : j’ai reçu des courriels d’habituées de l’atelier qui regrettaient d’avoir cette année encore loupé ce sujet…
La couleur comme simple proposition d’écriture semblerait donc admirablement fonctionner (grâce à vous je continue d’en apprendre en permanence !)… Chapeau bas, pardon, chapeau bleu les gens ! Voici qui m’a donné envie d’explorer ce champ d’écriture peu courant que sont les couleurs…

Lire la suite

Proposition d’écriture octobre 2019-1

Alors la pluie tomba sur Rouen le 26 septembre.
Et elle était noire.

Lire la suite

Proposition d’écriture septembre 2019 – 2

« Quand je n’ai pas de bleu, je mets du rouge », aurait dit Pablo Picasso. Pour ce mois de septembre, lors duquel commencent à moins se montrer la lumière et le bleu, pour le moins (en tout cas en France, je ne parle pas aux participant(e)s éventuellement domicilié(e)s aux antipodes), je vous propose pour thème d’écriture de ce mois-ci, simplement ceci : « bleu ».
Lire la suite

Proposition d’écriture septembre 2019 – 1

J’ai travaillé dans une direction de ministère durant plusieurs années à deux pas du musée Beaubourg à Paris, et à autant de distance du BHV de la place de l’Hôtel de Ville. Le midi, pour déjeuner, je n’avais pas trop le choix : soit j’allais dans une brasserie où le prix de l’œuf mayo pouvait engager les revenus de votre descendance, ou déjeuner au restaurant souterrain des employés la Ville de Paris parmi étrangement beaucoup de personnes que l’on qualifiera de fortement différentes, COTOREP pour la plupart agitées par des tics ou des manies infernales qui composaient un spectacle à elles seules. Troisième option : manger un sandwich, errant dans les rues alentour en résistant à l’idée de flâner dans les étages ou sur la terrasse somptueuse du Bazar de l’Hôtel de Ville (au sous-sol, le rayon bricolage étant un spot de rendez-vous gay du Marais tout proche, j’évitais de m’y faire aborder en mordant dans mon jambon beurre). À deux pas de mon bureau, il y avait un cinéma qui passait exclusivement des films hispaniques. Un midi, alors qu’il s’y trouvait à l’étage une exposition sur l’actrice Rossy de Palma, égérie d’Almodovar et sujet plastique de bien d’autres artistes, j’y entrai par curiosité sans savoir que le lieu y était, à l’étage, celui d’une école de tango. J’en eus le souffle coupé.

Lire la suite

1990 (Juin) – « Les feux d’artifice de 1990 » – par Dilan

C’était l’avant dernier samedi de juin. On s’était retrouvées comme à notre habitude, chez moi, avec Marine et Selma. On contemplait le plafond, allongées côte-à-côte sur le sol. Nous gardions le silence, trop occupées à écouter la voix de Madonna sur sa chanson « Vogue », que la radio diffusait. Marine entama alors une chorégraphie avec ses pieds posés sur le lit, ce qui nous fit éclater de rire à l’assemblée et nous fit sortir du silence. Je me relevai pour m’asseoir et lançai tristement :
« Je vais trop m’ennuyer sans vous tout l’été. » Les filles compatirent silencieusement. Elles partaient en vacances chacune de leur côté, Selma en Normandie chez ses grands-parents et Marine en colonie dès la fin des cours au lycée, tandis que je me retrouverai seule car maman devait travailler et papa faisait le tour du monde en guise de lune de miel avec sa nouvelle femme …
Lire la suite

1898 (Mars) – Léonce – par Khéa

Paris, mars 1898
L’après-midi avait cédé sa place au début de soirée, Léonce quittait son lieu de travail, le siège social de la Société Générale au 54 rue de Provence dans le 9e arrondissement. Arrondissement qu’il avait vu évoluer en quartier d’affaires avec l’implantation des grandes banques, des compagnies ferroviaires, des grands magasins qui faisaient le bonheur de ces dames, au détriment de celui du portefeuille de leur mari et, ou, amant. La réunion enfumée, houleuse sur les crédits à court terme pour les industriels et négociants qui avait clos cette journée lui avait donné la nausée. L’air était doux, le printemps prenait ses aises, rentrer à pied lui ferait le plus grand bien. Il n’habitait qu’à quelques centaines de mètres, un appartement confortable au 1 rue Bleue, d’un immeuble bourgeois.
Lire la suite

Pause estivale ! Reprise le 6 septembre… bonnes vacances !

Après une année fort riche (on a vu naître ici de très beaux textes, des émotions, des rires…) Écrire-en-ligne va faire une pause pour l’’été (hormis la publication prochaine des deux derniers textes de notre recueil « Le Projet conjugal » -je le précise pour celles et ceux qui en sont) !

Reprise, comme vous le savez, en septembre. Grâce à l’enthousiasme et la fidélité des habitué(e)s, des ateliers sont déjà complets. Surveillez cette page si vous voulez trouver une place…

La rentrée va être tôt studieuse pour l’atelier avec aussi la recherche d’un éditeur papier pour Le Projet Conjugal (si celui naturellement pressenti ne nous suit pas).

Concernant l’atelier lui-même, je reste disponible assez rapidement par mail tout l’été, n’hésitez pas pour des questions, des remarques, des suggestions, des demandes…
D’ici là je vous souhaite un très bel été, et pour ceux qui en prennent de bonnes vacances (sinon, plein de courage pour les autres).
Reposez-vous,
lisez bien,
écrivez bien !
À bientôt,
Francis



Image : Iautumnsgoddess0 – Pixabay

Proposition d’écriture Juin 2019-2

Mercredi 11 juin dernier, Margaux, une des étudiantes du DUT InfoCom où j’enseigne, subissait la torture de sa soutenance de fin de DUETI (année de cours suivie à l’étranger). Elle nous exposait la politique culturelle du Québec d’où elle revenait et les actions menées au niveau de la ville de Chicoutimi. Au détour d’une de ses « slides »  où elle nous passait en revue la vie artistique locale je vis surgir une affiche d’un lieu nommé 3REG qui se présente comme un « collectif de création sous contrainte » appelant à la production d’œuvres « littéraires/visuelles/sonores/vidéos » sur des thèmes précis ; œuvres présentées ensuite lors de soirées. Sur l’affiche de l’événement se trouvait l’étonnant thème suivant (pour cette fois là) : « Anodin ».
Lire la suite

Proposition Juin 2019-1

À l’heure du résultat des élections européennes et de l’interminable feuilleton du Brexit, et après le passage du chef kayapo Raoni Metuktire dans les parages, on voit bien – et ce n’est rien de le dire ma bonne dame- qu’il est compliqué de vivre ensemble.
« L’autre est pas comme moi » : c’est à partir de cette étonnante unique et formidable découverte —que je dois avouer humblement j’ai faite (intuition ou génie que j’aurais ? L’Histoire le dira), et que je suis heureux de partager ici avec vous— que je me suis dit dans un moment de grâce et de création : bon sang Coco mais c’est bien sûr ; « la différence », voici un sujet d’atelier. En vérité, au-delà de la différence, mon sujet d’atelier serait plutôt cette chose plus étrange encore que l’on nomme les malentendus culturels.
Lire la suite

Older posts

© 2019 Ecrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑

error: Ce texte appartient à son/sa auteur(e)