Écrire en ligne

Ateliers d’écriture créative, de fictions, animés par Francis Mizio

Proposition d’écriture – Septembre 2020

Pour cette rentrée, j’ai cherché une idée originale qui peut vous faire aller du comique au tragique, de l’intime à l’universel et de l’historique au contemporain, avec, si vous le décidez, même des cascades et des effets spéciaux. Et, en plus, ce sera personnalisé et géo-localisé selon vos désirs… En effet, il se trouve que dans ma bibliothèque traîne un ouvrage assez étonnant de 1 300 pages ; résultat d’une curieuse recherche sans doute obsessionnelle qui a dû prendre bien des années : Le Dictionnaire des saints imaginaires et facétieux, de Jacques E. Merceron. Croyances, superstitions, légendes, plaisanteries, calembours, expressions… On y trouve tous les saints réels ou imaginaires de France, voire certains d’Europe — et il y en a des centaines. Voici les grandes parties de cet annuaire incroyable  :

• saints de la « grande bouffe », des ribotes carnavalesques et des confréries bachiques et viticoles,
• saints de la fécondité (géniteurs, marieurs, accoucheurs),
• saints grivois et saints obscènes,
• saints de la paresse,
• saints du commérage, caquetage et débinage,
• saints de la gueuserie, du maléfice et de la filouterie,
• saints « à la vie à la mort » et saints des maladies de langueur,
• saints protecteurs et guérisseurs des adultes,
• saints protecteurs et guérisseurs des enfants,
• animaux, objets et concepts sacralisés ou sanctifés,
• lieux sanctifiés, bien ou mal famés,
• saints atmosphériques, grêleux, venteux et pluviards,
• gerbe et pot-pourri de saints,
• répertoire raisonné des dévotions et patronages par calembour.

C’est un ouvrage qu’on m’a offert il y a plusieurs années — et j’avoue qu’il m’a laissé perplexe au moins sur un point : quel éditeur aujourd’hui publierait une telle somme (très érudite, précise, foisonnante), sachant que le lectorat pressenti doit être tout de même mince, que son coût de fabrication, d’édition et de distribution doit être conséquent (il fait bien ses 2 kg) ? Quoiqu’il en soit, il existe…  et s’il fallait lui trouver un usage (enfin ?), ce sera donc fait  ici.

Je vous propose, à vous membres inscrits à cet atelier, de m’adresser le nom d’un lieu (francis@ecrire-en-ligne.net) de votre choix, et en retour je vous adresserai la notule de votre saint personnel et géo-localisé. Il s’agira alors, soit d’inventer la vie édifiante de ce saint (façon hagiographie), soit d’en raconter l’histoire directe (sans faire dans le récit hagiographique), soit de narrer un moment seul de sa vie, soit de nous écrire une fiction qui a un lien direct, collatéral, éloigné ou pas avec ce saint… en respectant au mieux tout de même les principaux éléments du récit « original » du dictionnaire. Bien sûr, le plus grand sérieux comme la fantaisie la plus folle sont autorisés ! On pourra détourner les éléments, donner « sa vraie version personnelle « .

Un exemple : je viens de passer mes vacances aux quatre coins d’Ardèche, dont une semaine près de Lamastre. « Le dictionnaire… » écrit page 771 que Lamastre, c’est « Saints Os » : « ARDÈCHE : à Macheville, commune de Lamastre, dans le Haut-Vivarais, se trouvait jadis une chapelle des Saints Os. La légende locale raconte que l’on retrouva à cet endroit, après les guerres de Religion, les têtes de sept prêtres décapités, devenus soudainement les Saints Os. On y effectuait autrefois un pélerinage pour les enfants malades (Charrié 1968 : 141). »
Que faire avec ce truc sinistre — et pas vraiment facétieux pour le coup ? (qui a sa page Wikipédia). Eh bien (j’improvise) : par exemple, je raconte comment le pharmacien local prétend vendre un remède de sa composition avec des fragments de Saints Os qu’il aurait retrouvés ;  je peux raconter un serment d’amour prononcé dans la chapelle entre deux ados qui veulent se faire peur ; je peux raconter qui a inventé la légende ou la vraie raison véridique et vérifiable qui fait que ces crânes ont été retrouvés là ; je peux monter un personnage d’historien local ou de journaleux en quête de notoriété ; une arnaque aux touristes ; une visite par un groupe cacochyme descendu du bus ;  je peux écrire l’hagiographie officielle (c’étaient qui ces 7 prêtres ? — tiens bizarrement ils sont sept, d’ailleurs, ce fameux chiffre symbolique), je peux invoquer le saint, me sentir en communion avec lui (qu’il soit sérieux ou fantaisiste)… Je ne suis pas obligé de raconter une fiction avec un début, un milieu et une fin. C’est une nouvelle de la longueur qui vous convient : cela ne peut donc qu’être qu’un moment.
Et enfin, parce que je veux être sanctifié et non pas maudit, si votre saint ne vous convient pas (pas assez facétieux, trop lugubre, religieux… bref, pas inspirant), vous pourrez toujours m’en demander un autre (d’un autre lieu, ou simplement d’une catégorie). Au diable les contraintes — et écrivons en paix.


Illustrations : suivant votre appareil, si vous ne voyez pas dans le bandeau du haut une vidéo de cierges, vous voyez un squelette sur un bureau, illustration choisie par « Ça m’intéresse » pour illustrer un article sur la Saint Glin-Glin. Sinon l’étiquette de sainte Ni touche est suisse

Texte de Zazie6454 – « Chic et choc » *

Je m’ennuyais tellement à ce dîner… Certes, nous étions dans un établissement réputé, où la décoration conjuguait charme et luxe, ancien et moderne. Les lustres en cristal de Baccarat majestueux et imposants ajoutaient une touche Second Empire, tandis que le mobilier arborait résolument un design contemporain alliant bois brut, acier, et verre ; les nappes blanches amidonnées sur lesquelles se dressaient fièrement des serviettes immaculées, savamment pliées rappelaient bien la tradition française.
Le cadre avait beau être magnifique, je me rasais.
Continue reading

Texte de Ketriken – « Schlim, sa mère, et Gengis Khan » *

 » Monsieur Cohen, notre dernière séance date d’il y a … cinq mois environ, non ?
– Oui, c’est ça , c’était en mai.
– Vous aviez, si ma mémoire est bonne, un éventuel projet pour l’été. Un voyage en… Asie ? un cadeau de votre mère, je crois.
– En Mongolie exactement.
– Oui, je me souviens que nous avions longuement échangé sur les ruptures, l’éloignement, la distanciation avec les habitudes, la capacité au refus, blablabla. »

Continue reading

Texte de Ktou14 – « Bob et Robert » *

Six heures d’un joli matin printanier.
La porte-fenêtre glisse et Robert sort sur ce petit espace qui lui tient lieu de balcon. Il sacrifie à son rituel quotidien : tous les matins à 6 heures, par tous les temps, griller sa première clope sur ce bout de béton parisien en regardant la ville s’éveiller. L’oreille aux aguets afin de saisir les bruits d’une circulation parfois cacophonique : les klaxons, le bip du camion des éboueurs et les poubelles reposées sans ménagement sur le trottoir, les sirènes des voitures de police et des ambulances ou tout simplement le chuintement des pneus sur l’asphalte mouillé, le grondement souterrain du métro..L’odorat n’est pas en reste non plus. Des odeurs pas encore trop marquées à cette heure-là par les gaz d’échappement mais balayant quand même la trop timide, celle qui monte délicatement de la boulangerie d’à côté.
Et puis les yeux. Il en prend plein les yeux, Robert, de cette lente montée en puissance d’une capitale qui se réveille. Les voitures qui se précipitent vers le travail et la longue journée, des piétons qui vont, viennent, se croisent et se décroisent, les reflets du soleil sur les immeubles qui l’entourent ou la course des nuages qui se reflètent dans les baies vitrées.
Pourtant, depuis quelques semaines, tout a changé.

Continue reading

Proposition d’écriture – Mai 2020

Pour cette proposition d’écriture, je vais vous révéler un de mes vices : au lieu d’utiliser mon (rare) temps libre à me plonger dans la littérature, que je ne lis plus assez à mon goût, je m’adonne à des jeux de lettres sur mon smartphone. J’ai ainsi, entre autres nombreux jeux dérivés, 4 applications de type Scrabble, et des dizaines d’adversaires inconnus à travers le monde. Il se passe que régulièrement pépette78 ou GrosDenis, Kevin S. ou Christine La Fouine viennent prendre leur raclée ou m’en mettre une.
Or, récemment, je suis tombé sur une application de jeux de mots qui m’a fasciné et bien amusé : Sticky Terms. Elle est différente de toutes puisqu’il s’agit de reconstituer des mots inconnus dans des dizaines de langues différentes,  des mots-puzzles  — majoritairement des mots dit « intraduisibles »… De ceux qui donnent des cauchemars aux traducteurs.

Continue reading

Texte de Melle47 – « Gaspard » *

« Gaspard Luche avait épousé la jolie Olja Tzaje dont il était tombé amoureux fou alors que la jeune interprète de pop-flok Molvane était venue à Paris pour une tournée de « Chants du monde » – si l’on peut appeler ces balades pour le moins étranges qu’elle hurlait plus qu’elle ne chantait, musique tout-court. »
Pierre poursuivit…
« Il ne nous reste que très peu d’écrits de cet entomologiste fort peu connu du XXe. Et pour cause : sitôt marié, il disparut à tout jamais avec sa dulcinée en Molvanie, pays de sa belle. »
Continue reading

Texte de Betty – « Safari au Bourchika – Bravo » *

En route pour le Bourkicha-Bravo, le pays des safaris des chasseurs de chasseurs. Envie d’ailleurs ? Désir d’évasion et de dépaysement ? Engagement philanthropique ? Volez au secours des éléphants, lions, buffles, antilopes, et autres zèbres… Partez sur les traces des grands chasseurs blancs, exterminateurs de faune sauvage en voie d’extinction. Le Bourkicha-Bravo a conservé ses sublimes paysages sous un soleil d’enfer. Le réchauffement climatique entraîne un manque d’eau qui menace depuis plusieurs années la faune locale, d’autant plus que l’homme détourne cette eau si précieuse en sa faveur. La présidente du gouvernement bourkichabais, Madame Yaka, consciente d’un désastre annoncé, a autorisé depuis 2025 de juin à septembre la chasse aux chasseurs de grand gibier. Les amateurs de safari exotique ne bouderont pas leur plaisir.
Continue reading

Proposition d’écriture – Avril 2020

En ces périodes pénibles et angoissantes du confinement, je me suis demandé quelle proposition d’écriture, forcément, pourrait peut-être nous faire du bien. Et forcément, qu’avons-nous besoin (hormis la santé, voir nos proches, pouvoir continuer son activité, son travail…) ? : 1- Sortir, bouger, se déplacer, se sentir libre 2- Rire un peu. (On voit ici que je suis très perspicace).
Continue reading

Texte de Lena – « Blanche et Emma » *

Géraldine avait parcouru tout le chemin qui séparait son école de sa maison à pied. La fillette le savait, ses parents n’allaient rentrer que dans une heure ou deux. Si elle avait tout d’abord prévu de rester dans le jardin en les attendant, la pluie, qui remplissait de flaques le perron sur lequel elle se trouvait, lui fit changer d’avis. La jeune écolière n’avait jamais mis les pieds chez ses voisines, deux jumelles, toutes deux demoiselles, qui la fascinaient. Elle ne les avait jamais vues que de loin et se sentait curieuse d’en savoir plus sur les deux silhouettes qu’elle voyait parfois s’esclaffer avant de franchir leur porte d’entrée, toujours bien habillées. Géraldine les avaient déjà observées de sa fenêtre et surpris le regard de l’une d’elle, elle ne saurait dire laquelle, qui s’était, en un instant, raidi.
Continue reading

Texte de Ktou14 *

Ma Louise adorée,
Oui, je sais ce que tu vas me dire, c’est stupide d’écrire à une morte. Peut-être !
Il n’y a que vers toi que je puis me tourner pour dire que je ne suis vraiment pas fier de moi !
Si tu savais combien tu me manques, combien me manquent ce regard tranquille et aimant que tu posais sur moi, qui me rendait meilleur et plus beau, ainsi que ce bon sens qui savait tempérer mes emballements brouillons et improductifs, et tout le reste, et tout toi….
J’ai honte ma louloute chérie et je devrais avoir encore plus honte de dire que si c’était à refaire, je le referais.
Je t’explique.
Continue reading

Proposition d’écriture Mars 2020-2

Il y a quelques années, pour un magazine en ligne aujourd’hui disparu, on m’avait demandé d’écrire des chroniques situées de préférence dans l’ouest de la France. J’avais proposé d’écrire des fictions historiques narrant des métiers (imaginaires et farfelus) basées majoritairement sur des expressions ou des proverbes : il y a eu ainsi l’ajouteur de grain de sel de Guérandes (chronique qui a eu l’honneur d’être citée par un certain Pierre Bonte hilare lors d’une émission de FR3), la compagnie des réjouisseurs de veau (du proverbe normand « changement d’herbage réjouit les veaux » — proverbe déjà utilisé soit dit en passant par l’auteure de BD Florence Cestac dans l’album narrant son divorce), les gens qui s’occupaient de vos oignons (à Roscoff, forcément), le tueur d’âne à coups de bonnet (d’après un proverbe vendéen), les sucreurs et rameneurs de fraises (à Plougastel) etc. Il y en a eu 13, puis le magazine a fermé (non, ce n’est pas à cause de moi 🙂 ).
Continue reading

« Older posts

© 2020 Écrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑