Ecrire en ligne

Ateliers d’écriture créative animés par Francis Mizio

Texte de Khéa – « L’étrangère » *

La maison est silencieuse, je suis seule. Je monte l’escalier menant au 1er étage où se trouve mon petit bureau, mon bazar à moi. J’ai un rendez-vous, celui de l’échappée belle avec celle qui me transporte, l’écriture. Je pousse la porte, la referme derrière moi. Je respire profondément savourant l’ambiance un peu bohème de cette pièce. Finalement, et comme à chaque fois, j’entrouvre la porte légèrement, pour qu’il puisse entrer, s’il veut…

J’ouvre la fenêtre, l’odeur de la roseraie, du jasmin vient m’accueillir. La pièce est sombre même par un après-midi ensoleillé, j’allume la lampe sur mon bureau et en enlève le châle léger posé dessus. Il faut vraiment que je me décide à le ranger ce bureau. Plus tard, un autre jour. Je pousse les feuillets épars. je prépare la place pour une nouvelle feuille.

Il y a un vase dans lequel des fleurs fraîches ont été mises, ce n’est pas moi qui les ai cueillies, on sait que je les aime.

Pendant que ma main exécute la valse du griffonnage avec mon stylo-plume, je laisse vagabonder mon esprit… la valse prend fin, je penche la tête, j’écris. La plume crisse légèrement, elle me parle… quand il vient. C’est toujours à cet instant précis, quand je commence à écrire, comme si mon âme en s’échauffant sous la plume, le happait. Ses petites griffes qui frottent sur les franges du châle, élimé sous ses attaques répétées, et sa façon de caler sa truffe froide contre mon avant-bras jusqu’à trouver le moyen sûr de l’immobiliser. Il traque la bonne position jusqu’à y parvenir. Partie gagnée d’avance pour lui, perdue d’avance pour moi. J’aime ce moment où il m’arrête, dès le départ, comme s’il reprenait la main. Ce n’est pas moi qui écris mes livres, mais lui. Je sais que personne ne me croira alors je n’en parle pas. Ses griffes et ma plume se mettent en cadence sur la feuille :

Lison filait sur son vélo, poussée par le vent, les cheveux battant son visage, sur ce petit chemin qui menait aux berges de la rivière, un endroit un peu isolé où elle aimait faire une pause au retour du collège. La lumière y était belle par tous les temps ; l’eau une alchimie de pureté, clarté et fraîcheur se déversait continuellement dans une sonorité apaisante ; elle s’asseyait sur l’herbe, sous la haute stature protectrice du vieux charme ; c’était son moment à elle, celui de prendre son joli cahier bleu et son stylo-plume pour écrire des images, des mots, des phrases, des histoires. C’était un rituel entre elle et son imagination.

Et il y eut cette fin d’après-midi très particulière. Elle avait pédalé plus vite que d’habitude, sans savoir pourquoi mais c’était une impulsion incontrôlable. En arrivant sur les berges, essoufflée, elle eut un moment d’arrêt… Un chaton noir était assis au pied de l’arbre comme s’il l’attendait, ses yeux verts fixés sur les siens, son regard lui donna la sensation qu’il voulait entrer dans son esprit. Elle s’approcha, prudente ; il se laissa attraper et se nicha au creux de ses bras.

“ Il est à moi ce chat. Merci petite de l’avoir retrouvé.”

Une main brune et fine caressa les cheveux emmêlés de Lison qui rendit à contre-cœur le chaton, petite boule noire pelotonnée entre ses bras maigres. Elle regardait les retrouvailles entre le chaton et cette femme qui ne ressemblait à personne de son village. Elle était apparue devant elle, d’un coup, sans bruit.

De longs cheveux noirs à peine retenus par un léger foulard, une robe dansante au vent, un châle flottant sur les épaules… Elle était étrange, si belle… L’étrangère s’assit à côté d’elle, enlaçant ses genoux de ses bras ; elle sentait le jasmin. Ses poignets étaient parés de bracelets qui tintaient comme du cristal à chacun de ses gestes. Une sensation d’irréel enveloppa Lison. Tout était étrange en elle même sa voix, une tessiture particulière, mélodieuse, un accent qui adoucissait les “r” . Elle se décida à la regarder en face, elle avait les mêmes yeux que son chaton, eux aussi plongeaient en elle. Lison en oubliait les recommandations maternelles de prudence face aux inconnus ; elle aurait dû sauter sur son vélo et rentrer chez elle mais elle était fascinée. L’étrangère lui sourit et lui demanda si elle pouvait lui prendre la main, elle acquiesça de la tête, sans détacher son regard d’elle, le chaton était revenu se pelotonner entre ses bras, en faisant jouer ses petites griffes sur son pull :

” Tu écris beaucoup, tes doigts sont bleus d’encre.

– J’aime écrire, j’écris tout le temps. “

L’étrangère lui sourit, retourna avec douceur la main de Lison pour en voir la paume, elle sentit une chaleur envahir sa main, les yeux verts en scrutaient chaque détail comme s’ils cherchaient un trésor caché. De son index droit, elle se mit à suivre chaque ligne de la paume délicatement, la chaleur s’intensifia, Dans un souffle, elle murmura , “Ecris, c’est ton chemin, l’inspiration ta lumière, rappelle-toi de cet instant ”, et libéra la main de Lison qui sentit le chaton la quitter au même moment ; elle regarda sa paume, elle la brûlait un peu, chaque ligne était légèrement rougie, l’image de la carte au trésor devenait une évidence. Elle releva la tête… L’étrangère et le chaton avaient disparu; le vent se leva chassant l’odeur de jasmin.

Je me laisse aller contre le dossier de la chaise dans un soupir, nous avons fini d’écrire pour aujourd’hui. Il le sait, s’étire, me jette un dernier coup d’oeil vert et disparaît. J’éteins la lampe, repose le châle dessus. Le vent fait claquer la fenêtre, les feuillets menacent de s’envoler, il me semble apercevoir une main fine et brune les retenir dans un tintement fugace de cristal, des yeux verts me sourire avant de s’évaporer. Je ferme la fenêtre en prenant une profonde respiration gourmande, le jasmin est particulièrement parfumé ce soir. Ma paume me brûle, l’inspiration est mon trésor.

7 Comments

  1. Francis Mizio - Ecrire en Ligne

    11 mars 2018 at 10 h 33 min

    Beau texte réussi qui contient énormément de choses : enchâssements, mise en abyme, processus d’écriture en train de se réaliser, réel et fiction entremêlés, figure du chat et de l’écrivain, déclaration d’amour à l’écriture, exercice de réappropriation et de détournement (car c’est futé, ça se raccroche au thème, juste ploum ploum comme ça en passant 🙂 ) qui exprime une véritable jubilation d’écriture (on sent la recherche de l’exercice à la fois formel, et esthétique), effet de miroir (l’écrivain qui en s’écrivant se parle, voire s’autoprophétise, s’autoréalise)… Euh, à part le disséquer je ne vois que dire 🙂 Ah si, un truc de vieux ronchon : attention à ne pas aller trop souvent sur ce registre qui peut soit confiner au procédé (car c’est une forme de démonstration de virtuosité -les éléments sont collectés dans l’instant et la situation mêmes d’écriture et immédiatemment agencés, combinés —je me doute fort du processsus qui y a présidé), soit peut exclure le lecteur (lecteur non écrivant) car c’est une bulle qui confine, quelque part, à un exercice de gammes ou à du jazz d’improvisation (et par exemple ce genre de texte à mon avis ne passerait pas dans un concours)… (Je dis ça aussi en cas de future publication des œuvres complètes, car évidemment si on en lit qu’un de ce genre, cela fonctionne impeccablement).

  2. J’aime beaucoup le jazz 🙂
    Merci pour ce commentaire, c’est vrai qu’il y a eu de la jubilation. Et quand on aime, c’est bien de le dire, d’où cette déclaration à l’écriture 😉
    Promis je ne ferai pas d’oeuvres complètes, la bulle fut agréable mais j’ai une préférence pour celle de mon texte précédent, la tueuse à gages

  3. Cette pièce, on s’y sent bien dès le début. Et la porte entre-ouverte à qui?
    On le devine peut-être mais ça donne quand même envie de lire la suite.
    Contrairement au texte sur la tueuse à gage, ici il y a des odeurs, des couleurs chaudes, des gestes mesurés (valse, souffle, léger, caler…), des bruits feutrés (ça crisse, ça frotte, en cadence…) et puis des silences aussi (immobile, ne pas parler…).
    Ensuite, il y a l’histoire de Lison, plus enlevée, fraîche et rapide…
    Et enfin, le soupir, le dernier coup d’œil, le vent qui claque, chasse les odeurs, menace… ça brûle aussi… C’est joli!

  4. Khea ton texte m’a beaucoup plu… j’en aime l’ambiance, l’atmosphere, l’intervention du chat (mes compagnons d’ecriture Aussi )… le procédé d’insertion d’un écrit dans l’autre et finalement liés est réussi à mon goût. Bonne inspiration

  5. Merci pour ces commentaires 🙂

  6. Bravo pour ce magnifique texte! J’ai été en mesure de me projeter dès le départ dans cette pièce à l’ambiance feutrée et aux arômes floraux. La création réussie de cette ambiance dès le départ m’a donné envie de poursuivre la lecture. Lison est-elle finalement la narratrice? Si c’est le cas, a-t-elle vécu ou inventé cette histoire? Une part de mystère demeure, ce qui apporte richesse et profondeur à ton texte.

Comments are closed.

© 2018 Ecrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑

error: Content is protected !!