Ateliers d’écriture créative, de fictions, animés par Francis Mizio

Catégorie : Khea (Page 2 of 3)

Texte de Khea *

Des années que je ne suis pas montée dans ce grenier et rien n’a changé. À part de nouvelles générations de souris et d’araignées, je suppose. Le vieux fauteuil en cuir n’a pas bougé, à sa place en face de toi, ma vieille amie “la grande armoire bancale du grenier”, borgne d’une porte, tu es toujours debout, sentinelle impassible de ce royaume sombre, encombré de poussière et de bric-à-brac. J’en ai passé du temps, recroquevillée derrière ton unique porte, celle de la penderie, les yeux fermés, à ne pas bouger pour ne pas te faire craquer, pas un bruit, surtout. Il y a encore le trop plein de trésors que j’entassais sur tes étagères : des lettres, des cartes, des jouets, des bijoux de pacotille, des coquilles vides d’escargots, des coquillages, une boîte… boîte ?
Continue reading

Texte de Khéa – « L’escale » *

Bertille était toujours sous l’émerveillement de la découverte de cette maison, au hasard de ses recherches immobilières sur les sites d’agences en ligne. Elle avait su que ce serait celle-ci et aucune autre dès que la photo s’en était affichée sur son écran. Elle l’avait visitée un jeudi à 14 heures, signé la promesse de vente à 15 heures de ce même jeudi.
Continue reading

Texte de Khéa – « Tango » *

Ma mémoire n’a pas disparu, elle s’est tue. Je ne l’entends plus me balancer des images bourrées ou non d’émotions quelles qu’elles soient, heureuses, tristes, colorées, physiques.

Un je-ne-sais-quoi a tout mis en sourdine, planqué dans un coin de ma tête n’offrant plus d’écho à mon cœur. C’est silencieux mais ça ne ressemble pas au vide.

Et pourtant je sais qu’il y a eu de la vie qui s’est installée là, qui a gravé ses petits et grands moments au fil des années, des prénoms, des repères, des réflexes, des habitudes,.. Plus rien de tout ça ne fait de bruit, plus de tumulte. La course poussiéreuse de buissons secs et légers emportés par le vent dans le désert, est le reflet de ma mémoire muette.

Je me suis réveillée ici, dans cette chambre dite de repos, il y a quelques semaines.
Continue reading

Texte de Khéa – « Haut les cœurs » *

Hubert marchait d’un pas trainant vers le 12 rue de la Boétie, immeuble cossu parisien du 8e arrondissement qui abritait l’agence matrimoniale “Haut les Cœurs ” . Il avait rendez-vous avec Madeleine de Brochard, créatrice, directrice et seule employée de cette agence ; la cinquantaine élégante et élancée, pomponnée, poudrée, brushing parfait, un blond qui approchait de la perfection mais qui avait dû demander des années de décoloration.

Continue reading

Texte de Khéa – « Post-cécité » *

Il cherchait les mots les plus proches de la réalité pour décrire son impression en l’apercevant sur le boulevard, jusqu’à ce son esprit lui propose l’association contradictoire mais tellement appropriée de “joliment moche” ; ce qu’il valida sur le champ.
 Elle venait de sortir de la station de métro “La Madeleine”. Il l’avait repérée tout de suite. Elle remontait le boulevard dans sa direction ; le mariage saugrenu des couleurs et des motifs de sa tenue aurait donné l’envie foudroyante de perdre la vue à n’importe quel badaud croisant son chemin.

Continue reading

Texte de Khéa – « L’étrangère » *

La maison est silencieuse, je suis seule. Je monte l’escalier menant au 1er étage où se trouve mon petit bureau, mon bazar à moi. J’ai un rendez-vous, celui de l’échappée belle avec celle qui me transporte, l’écriture. Je pousse la porte, la referme derrière moi. Je respire profondément savourant l’ambiance un peu bohème de cette pièce. Finalement, et comme à chaque fois, j’entrouvre la porte légèrement, pour qu’il puisse entrer, s’il veut…
Continue reading

Texte de Khéa – « Déchirer ou ne pas déchirer ? » *

Déchirer ou ne pas déchirer ? Telle est la question… soupir, moue perplexe. La déchirer puis la brûler, voilà qui règlerait le compte à cette photo qui surgit diablement. C’est toute une histoire, les souvenirs, lorsqu’ils refont surface ; certains ne demandent aucun effort, font leur petit tour, amènent l’esquisse d’un sourire, laissent couler une larme, et puis s’en vont en laissant un léger frisson de nostalgie ; d’autres ont l’art de l’uppercut par surprise, ouvrent une brèche, et la déferlante commence. Les photos sont un déclencheur d’émotions diverses et variées.
Continue reading

« Older posts Newer posts »

© 2021 Écrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑