Écrire en ligne

Ateliers d’écriture créative, de fictions, animés par Francis Mizio

Catégorie : CatSept2019-1

Texte de Eevlys – « Le bal des cendres » *

Je n’ai pas besoin de musique pour danser. Pas ce soir. Pas cette nuit. 
Les battements de mon cœur créeront le rythme de ma danse, et les étoiles se changeront en notes dans des mélodies auxquelles mon corps obéira.
La piste de danse sera mon simple jardin, à l’herbe douce et fraîche, gorgée de rosée nocturne.
Continue reading

Texte de Melle47 – « À quatre temps » *

Dimanche matin. Dix heures. Pas trop tôt, ni trop tard. Depuis peu, j’évite les « trop ». Il fait encore doux, l’été joue les prolongations. Je décide d’y aller en short. Je chausse mes sneakers, vide la petite bouteille d’eau, la pose sur la console. Je croise mon reflet dans le miroir, passe la main dans mes cheveux ébouriffés. Je reviens de loin.
Continue reading

Proposition d’écriture septembre 2019 – 1

J’ai travaillé dans une direction de ministère durant plusieurs années à deux pas du musée Beaubourg à Paris, et à autant de distance du BHV de la place de l’Hôtel de Ville. Le midi, pour déjeuner, je n’avais pas trop le choix : soit j’allais dans une brasserie où le prix de l’œuf mayo pouvait engager les revenus de votre descendance, ou déjeuner au restaurant souterrain des employés la Ville de Paris parmi étrangement beaucoup de personnes que l’on qualifiera de fortement différentes, COTOREP pour la plupart agitées par des tics ou des manies infernales qui composaient un spectacle à elles seules. Troisième option : manger un sandwich, errant dans les rues alentour en résistant à l’idée de flâner dans les étages ou sur la terrasse somptueuse du Bazar de l’Hôtel de Ville (au sous-sol, le rayon bricolage étant un spot de rendez-vous gay du Marais tout proche, j’évitais de m’y faire aborder en mordant dans mon jambon beurre). À deux pas de mon bureau, il y avait un cinéma qui passait exclusivement des films hispaniques. Un midi, alors qu’il s’y trouvait à l’étage une exposition sur l’actrice Rossy de Palma, égérie d’Almodovar et sujet plastique de bien d’autres artistes, j’y entrai par curiosité sans savoir que le lieu y était, à l’étage, celui d’une école de tango. J’en eus le souffle coupé.

Continue reading

© 2020 Écrire en ligne

Theme by Anders NorenUp ↑

error: Ce texte appartient à son/sa auteur(e)